Lettre Ouverte du Collectif du Quartier des Oiseaux (Perpignan) :

 

« Monsieur le Préfet des Pyrénées-Orientales,
Monsieur le député de la 1re circonscription des P-O,

Le 28 juin dernier, Monsieur le maire a pris toute la mesure de la détresse des habitants du Quartier des Oiseaux.

Malgré les courriers de l’Administrateur Judiciaire de la Résidence Les Oiseaux qui, depuis 2015, n’a de cesse d’alerter les autorités sur les dégradations et les violences commises dans la résidence.

Malgré les communiqués et les actions du Collectif du Quartier des Oiseaux qui, depuis 2018, sollicite les autorités pour que des actions concrètes soient entreprises afin de rétablir la sécurité des biens et des personnes et éviter ainsi la paupérisation du Quartier des Oiseaux ainsi que la prolifération des désordres, l’insécurité s’est définitivement installée.

Certes des mesures (trop tardives) ont été prises :
– mise en place de la caméra de vidéosurveillance au rond-point du Grand Vivier (demande de 2003)…
– mise en place d’une caméra de vidéosurveillance à l’angle de la rue Hérédia et de la rue des Oiseaux (demande de 2018)…
– pose d’une clôture devant le bâtiment 1 de la Résidence Les Oiseaux (demande de l’Administrateur Judiciaire… rejet des services de l’Urbanisme quelques années auparavant)…

Les copropriétaires du bâtiment 1 ont été expropriés par les délinquants !
Les pertes financières sont colossales (pertes de loyers, forte dévalorisation des biens, impossibilité de louer ou de vendre, frais de sécurisation à la charge de la copropriété…).
La seule compensation a été l’exonération totale de la taxe foncière pour les propriétaires du bâtiment 1 de la Résidence Les Oiseaux et l’exonération partielle, en 2019, pour les propriétaires des Résidence Hérédia, Desnoyés et Les Oiseaux.
Une goutte d’eau dans un océan d’injustice !

Alors que dans le communiqué de la préfecture des P-O en date du 29 juin dernier, la création d’une Commission en date de février 2020 a été annoncée, à ce jour, 20 août 2020, aucune réunion n’a été organisée.

Alors que la situation empire de jour en jour, l’abandon et l’hypocrisie des autorités explosent aux yeux des habitants du Quartier des Oiseaux.

Comment rester inactif lorsqu’un Syndic et des membres d’un Conseil Syndical se font menacer par des armes mêmes factices lors d’une visite à la Résidence Hérédia le 15 juillet dernier.
Si l’Etat n’est pas capable d’assurer la sécurité au quotidien, la préfecture des P-O et le député de la 1re circonscription auraient pu se rapprocher des victimes pour apporter un soutien et proposer des solutions afin que cela ne se reproduise plus.
Il est vrai que la presse n’a pas relayé ces faits. Il n’était donc pas nécessaire de s’afficher aux côtés des victimes !

Récemment, le Tribunal Administratif (TA) de Marseille « a estimé que les mesures mises en place par l’État étaient « insuffisantes pour restaurer la tranquillité publique » dans des lieux « concernés par le déroulement régulier de rodéos motorisés ». »
Cette décision de justice nous encourage à demander aux habitants du Quartier des Oiseaux ainsi qu’aux Syndics des Résidences Hérédia, Desnoyés et Les Oiseaux à réfléchir à engager une action contre l’Etat et les autorités pour carence et négligence ainsi que mise en danger de la vie d’autrui.

En espérant que vous aurez la décence de répondre aux membres du Collectif ainsi qu’à l’Administrateur Judiciaire qui hier encore a demandé la tenue d’une réunion en urgence afin de travailler sur le Plan de Sauvegarde de la Résidence Les Oiseaux.

Avec nos salutations, »

Le Collectif du Quartier des Oiseaux