Vendredi dernier 26 juin 2015 avait lieu, dans le magnifique cadre du Palais des Rois de Majorque, à Perpignan, la Conférence Départementale pour l’Emploi et le Développement Économique.

Etaient réunis dans la salle de Majorque, pour échanger sur l’avenir des Pyrénées-Orientales, 250 invités triés sur le volet.

Autour d’Hermeline Malherbe (PS), présidente du Conseil Départemental [ou plutôt Présidente du Département comme elle aime se faire appeler, nous rapporte-t-on], sénatrice des Pyrénées-Orientales, de Josiane Chevalier, préfète des P-O, on retrouvait les acteurs du monde socio-économique, les présidents des chambres consulaires – Michel Guallar (Agriculture), Gérard Capdet (Métiers) et Jean-Pierre Navarro (CCI), les présidents de communautés de communes, élus du Conseil Départemental, Jacques Cresta (PS), député de la 1ère circonscription des P-O, vice-président du Conseil Régional Languedoc-Roussillon…

C’est au cours de la matinée que certains chefs d’entreprises – qui ont pu par ailleurs souligner « le manque d’implication des élus de l’Agglo Perpignan Méditerranée » – ont assisté à une scène pour le moins étrange.

Nicolas Garcia, conseiller départemental (canton d’Illibéris) et chef de file des élus communistes, demande à prendre la parole, ce qui lui est refusé une première fois sur les ordres d’un proche conseiller de la présidente du Conseil Départemental. Après une messe basse entre ces deux personnes, Nicolas Garcia demande à nouveau la parole et celle-ci, à nouveau, lui est refusée.

Il ne fallait rien de moins pour énerver le patron local du PCF. Tous les élus communistes se sont donc levés comme un seul homme, dans les cinq minutes qui ont suivi, et ont quitté la conférence.

Faut-il y voir là une conséquence de cause à effet ?

Très remonté, on apprend par une indiscrétion que Nicolas Garcia est revenu sur cette conférence lors de la traditionnelle réunion des élus majoritaire du lundi. Il a ainsi pu exprimer son mécontentement « vis à vis de méthodes où les élus du peuples sont relégués au rang de figurants ».

De source généralement bien informée, nombre d’élus socialistes ont été (intérieurement) ravis des propos de Nicolas Garcia avec lesquels ils sont (secrètement) d’accord…