Communiqué de presse.
« L’Observatoire Citoyen de la Vie Quotidienne (OCVQ) de Perpignan tient à réagir à la grande enquête de L’Indépendant sur les futures élections municipales à Perpignan. Tout avait pourtant si bien commencé… Le quotidien enfonçait des portes ouvertes : le bilan de l’équipe actuelle est catastrophique et les Perpignanais ont envie de nouvelles têtes. Il a même failli y avoir le gros mot « jeune » accolé à « nouvelles » (ou à « têtes » c’est selon).
Nos camarades ont été fort étonnés de ce que dès le lendemain le journal choisisse ses propres candidats dont une bonne partie ne sera pas, quoi qu’il arrive, sur la ligne de départ, du moins en tant que tête de liste. Mais nous n’en sommes pas restés là, nous avons fait plancher nos plus brillants hommes de sciences sur le sujet. Après plusieurs nuits blanches ils ont percé le secret de l’algorithme utilisé.
En fait, pour obtenir des prévisions si brillantes, il a fallu mêler le coefficient de notabilité (tiré de l’expression « petit-e notable local-e ») caractérisant des formes d’entre soi à un soupçon de prime à la crapulerie (ça c’est pour les candidats guidés par des formes d’opportunisme dénué de convictions et autoproclamés qui court-circuitent tout ce que leur force politique demande de bon sens), sans oublier un paramètre important que nous appellerons le « nantisme » (il se murmure que les candidats choisis par L’Indépendant possèdent davantage que 90% des Perpignanais).
Alors, par plaisir, continuons le débat au sein de l’OCVQ et laissons derrière nous cette petite caste auto-reproductrice circonscrite à un bien petit microcosme. Nous osons espérer que la noblesse perpignanaise, à laquelle aucun des candidats choisis par L’Indépendant n’est étranger, sera renversée et que les citoyens reprendront ce qui leur appartient : la ville ».

 

Pour l’Observatoire Citoyen de la Vie Quotidienne de Perpignan
Mickaël IDRAC