Communiqué de presse.
« Perpignan, le 3 avril 2019 Le sondage sur les prochaines élections municipales à Perpignan publié ce mercredi 3 avril dans le quotidien local l’Indépendant, appelle quelques réactions de ma part, ayant été positionné pour la circonstance comme « candidat engagé dans la bataille des municipales », probablement en raison du score des dernières élections législatives et présidentielles où la France Insoumise a fait des scores importants à Perpignan ?

 

De manière générale, les sondages ne sont pas très fables dans la mesure où ils reposent sur une construction de situation imaginaire, sans lien direct avec les conditions de vie réelles des électeurs au moment de voter, ou pas. Néanmoins, les sondages sont aussi l’occasion de réintroduire de la réalité afin de réveiller les consciences. Ainsi, avec du recul, quatre remarques peuvent être triées de cet exercice imposé.
D’abord, je remarque que ce sondage fait suite à une première publication, parue la veille, où les habitants de Perpignan rejetaient massivement le système politique local, demandant du renouveau et constatant la situation catastrophique de l’emploi, de la sécurité et de l’état général de cette cité pourtant dotée d’atouts remarquables. Au regard de cette volonté majoritaire d’un dégagisme désormais structurel, le résultat du sondage – qui conforte les figures en place – peut apparaître paradoxal, voire contradictoire. Or, en réalité, il n’en est rien puisque la situation de délabrement économique et sociale à Perpignan est effectivement liée à la permanence d’un système politique clientéliste ancré dans des institutions. Vouloir changer la situation économique, sociale et écologique à Perpignan, c’est aussi commencer par mettre à bas le système de rente politicienne en place depuis trop longtemps. C’est pourquoi, plutôt que de maintenir une ville et ses habitants au service d’une municipalité, le programme de la France Insoumise propose l’inverse : mettre la municipalité au service de la ville, de ses habitants et des biens communs qui la rendent vivante et attractive. Redonner le pouvoir aux citoyens, plutôt que de continuer à le leur prendre comme le propose par exemple ouvertement le représentant local du Front National.
Ensuite, au regard des résultats réels des dernières élections présidentielles et législatives de 2017, ce sondage apporte deux éléments importants : Premièrement, une bonne nouvelle, avec l’effondrement du macronisme et de son représentant député robot. La bulle politique au service de la bulle financière a déjà été percée avec le mouvement des Gilets jaunes et des jeunes pour le climat, mouvements spontanés plutôt dynamiques à Perpignan. Ce sondage confirme bien que les électeurs ne sont plus dupes. Bien avant les élections municipales, j’encourage aussi les électeurs de Perpignan à se rendre aux urnes le 26 mai prochain, pour amplifier le référendum anti-Macron aux élections européennes, en votant pour la liste de la France Insoumise, qui est le meilleur moyen de renforcer la démocrate dans une Union Européenne libérale au service des lobbies financiers. Perpignan, comme la France, n’est pas à vendre. Deuxièmement, le résultat du sondage s’avère plutôt faible pour la France Insoumise, dont je suis affublé du rôle de porte-drapeau pour l’occasion. Cette prévision est en réalité un véritable encouragement pour tous ceux qui souhaitent participer à redresser la situation à venir rejoindre notre mouvement citoyen : car la France Insoumise
n’est rien d’autre qu’un outil pour ceux qui lutent, qui veulent se tenir debout, pour ceux qui désirent construire une dynamique collective, insoumis face à la résignation. En effet, le mouvement populaire la France Insoumise est ouvert à tous pour s’investir et mener campagne, construire un programme en commun et devenir, à leur tour, porte-drapeaux ou porte-voix des profondes aspirations au changement de la gouvernance publique. Ainsi, pour stopper le manque de concertation méprisant de l’équipe en place sur le renouvellement urbain où le théâtre municipal par exemples, le recours au référendum municipal d’initative citoyenne porté par la France Insoumise est une nécessité.
Enfin, dans ce journal, sur un quart des deux pages consacrées aux résultats du sondage, figure un encart publicitaire financé par la Région Occitanie dirigée par une majorité de coalition PS/EELV/PCF. Cet encart fait la promotion d’un voyage pour les USA par avion low-cost via Paris. Comme la France Insoumise reste cohérente avec son programme l’avenir en commun au niveau national, européen ou local, en traitant de l’urgence climatique, sociale et démocratique, il est certain que ce voyage Perpignan- New-York via Paris se fera sans moi, sans nous, sauf à prendre d’abord le train sur la terre, s’il en reste ».