Communiqué de Louis Aliot (RN), député de la 2e circonscription des P-O, conseiller municipal et communautaire d’opposition de Perpignan :

 

« Une fois encore, Carole DELGA, Agnès LANGEVINE et Hermeline MALHERBE sont venues apporter hierleur soutien inconditionnel à Monsieur PUJOL (L’Indépendant daté de ce jour, vendredi 26 juin 2020)

En fait, et une fois encore, la seule alternative proposée aux Perpignanais, par Monsieur PUJOL, Mesdames DELGA, MALHERBE et LANGEVINE, pour gagner les élections, c’est un « Front Républicain »…Pardon, un  « Retrait Républicain » !…

Bien entenduc’est au nom de soi – disant Valeurs Républicaines – Dont j’attend encore que l’on me dise lesquelles – que ce viol caractérisé de la démocratie, consistant à interdire à une partie de l’opinion de faire valoir ses idées et d’appliquer son programmeest commis.

Mais ne vous y trompez pas !Ne soyez pas dupe !Ce pseudo-Front Républicain n’est pas un projet fondé sur des idées ousur une volonté farouche de servir l’Intérêt Général voire, pensé pour « le bien » des Perpignanais et des Perpignanaises……

Non !… Ce Front Républicain, c’est simplement « une rente électorale », de « la tambouille politique » voire, le seul moyen trouvé aujourd’hui, comme hier, par tous ces professionnels de la Politique, pour conserver leur pouvoir, leurs places et, leurs petits privilèges

 

Comment d’ailleurs, voir ou envisager les choses autrement ?…

 

En effet, comment comprendre, que Madame Delga puisse expliquer hier, que : 

« Je souhaite continuer cette collaboration avec Monsieur Pujol, pour les Perpignanais et les Perpignanaises » (L’indépendant du 26 juin 2020).

Alors mêmeque la Gauche départementale a pourtant fait le constat, durant toute cette campagne des municipales : 

– Que, la gestion de Perpignan s’était faitedepuis des décenniesde manière clanique et clientéliste

« Depuis trop longtemps, un seul et même clan dirige cette ville » (Hermeline Malherbe – Meeting de Soutien à Agnès Langevine – MégaCastillet – 31/01/20)… 

« Le temps du clientélisme est révolu » (Agnès Langevine – 2e débat des muncipales – L’indépendant/viaOccitanie – 3/03/2020)

– Que, le bilan de Monsieur Pujol était mauvais

« Le constat que je fais, c’est qu’il n’a rien fait…Le bilan n’est pas bonsur le plan social…Sur le plan économique, il n’a pas su non plus, organiser de dialogue» (Agnès Langevine – France Info – 7 février 2020)

« Le Bilan du maire n’est pas bon » (Agnès Langevine – 2e débat des Municipales – L’indépendant/ViaOccitanie – 3/03/2020)… 

 

– Que, la Politique menée par Monsieur Pujol avait été « néfaste » aux Perpignanais et aux Perpignanaises 

« les Perpignanais et les Perpignanaises ont subi tous les jours, les ravages de cette politique de Droiteles ravages sociaux, les ravages économiques, les ravages écologiques, les ravages culturels, Les ravages politiques » (Hermeline Malherbe – Meeting de soutien à Agnès Langevine – MégaCastillet– 31/01/20)…. 

– Que, Perpignan n’avait jamais eu une politique de Logements Sociaux digne de ce nom : 

« Le Logement social à Perpignan, pour beaucoup, a été délégué à des bailleurs privés. Ce n’est pas une politique publique de logement. C’est la loi du Marché qui décide où est – ce que l’on doit construire. Et le résultat, c’est qu’il n’y a plus aucune mixité sociale. Cette absence de mixité sociale, c’est qu’il y a des quartiers plus difficiles que d’autres…Et, que le Maire actuel, Monsieur Pujol, ne vienne pas nous dire qu’il faut du temps pour rénover les quartiers anciens. Parce que sincèrement, il a eu du temps » (Ségolène Neuville – Meeting de soutien à Agnès Langevine – MégaCastillet – 31/01/20)…

– Que, il fallait « sortir » Monsieur Pujol de la mairie 

« Vous l’avez compris, nous avons une 1ère chose à faire d’ici le 15 mars 2020Il nous faut sortir la Droite de la place de la Loge et nous devons tous et toutes y contribuer » (Hermeline Malherbe – Meeting de soutien à Agnès Langevine – MégaCastillet – 31/01/20)

– Et, qu’en conséquence de tout cela, la Gauche n’appellerait pas à voter Monsieur Pujol, pour le 2e tour des municipales

« En 2014, nous avons fait barrage… Nous avons accordé nos voix à Monsieur Pujol… Le constat que je fais, c’est qu’il n’en a rien fait… Le bilan n’est pas bonsur le plan social…Sur le plan économique… Il n’a pas su organiser de dialogue… Ces voix ne lui appartenaient pas… Effectivement, çà va être beaucoup plus difficile de demander à ces citoyens de faire l’effort une 2ème fois parce qu’il nous disent – A quoi çà a servi ? » (Agnès Langevine – France Info – 7 février 2020)….

Devant un tel « inventaire à la Prévert », devant un bilan aussi catastrophique, comment comprendre alors, que la Gauche puisse appeler, quand mêmeà voter Monsieur Pujol, pour « le bien des Perpignanais et des Perpignanaises » ?…

La seule explication qui vaillela seul explication plausiblec’est que la Gauche a préféré trahir ses idées, ses combats mais surtout, elle a trahie les électeurs, qui lui ont fait confiance en votant pour elle, au 1er tour des municipalesen bradant leurs voix à Monsieur Pujol, avec l’objectif d’obtenir, en retour, une contre partie politique

En effet, la Gauche, qui pouvait pourtant prétendre à devenir, la 2e force politique de Perpignan, a préféré sacrifier ses idéaux, ses principes ou ses convictions, sur l’autel de « petits arrangements entre amis » ou, de « petites magouilles politiques »en opérant un retrait républicaindans le seul but d’obtenirpar réciprocité, une aide de la Droite départementalelors des prochaines élections (2021)… Et ce, afin de conserver les derniers bastions qui lui restent, le Conseil Départemental et la Région. 

Et dire, que ce sont les mêmes (Mesdames Langevine, Neuville, Forgues, Malherbe et Delga), qui viendront vous voir, au mois de mars prochain (2021)pour vous demandez vos voix… Pour vous demander de leur faire confiance une nouvelle fois, lors des élections départementales et régionales à venir… En vous expliquant, bien entendu, qu’il faut faire barrage à la Droite (la même qu’elle soutient aujourd’hui) et : « Qu’avec eux, vous pouvez être sûr, qu’ils feront, ce qu’ils vous ont promis » ! 

Devant cet imbroglio politique, Il est compréhensible, que les électeurs de Gauche aient du mal à concevoir un front républicain, qui les appelle à voter Dimanche prochain pour leur adversaire de droiteMonsieur Pujol, stigmatisé durant toute la campagne par leurs propres dirigeants.

Tout comme, il est compréhensible aussi, que les électeurs de Droite n’admettent pas qu’on leur demande de voter pour leur propre candidat, Monsieur Pujol, soutenu par leurs adversaires de gauche, aux convictions complètement contraires aux leurs et contre lesquels, on leur demandera de faire campagne, en mars 2021.

Face à cette défiance commune, on peut se demander sincèrement si le front républicain entre la Gauche et la Droite n’est pas surtout et seulement devenu un extincteur du débat public, une atteinte au pluralisme politique ».

Louis Aliot