Communiqué du NPA 66 (Nouveau Parti Anticapitaliste) :
« Pas une seule voix à Louis Aliot !
Le résultat du premier tour des élections municipales ne nous laisse pas d’autre choix qu’un candidat d’extrême droite représenté par Louis Aliot et le Rassemblement national (RN) et un candidat maire sortant de droite extrême incarné par Jean-Marc Pujol et Les Républicains (LR). Ce duel Aliot-Pujol est une impasse tant leur politique est réactionnaire et antisociale. Au bout de six ans de gestion de la municipalité par Pujol, la situation de Perpignan s’est aggravée et l’urgence sociale et écologique n’a pas été prise en compte. Perpignan reste une des villes les plus pauvres de France.
Face à cela la politique réactionnaire et antisociale d’Aliot et du RN représente, malgré tous les efforts de dédiabolisation, une politique raciste et sécuritaire au service des nantis. Elle prône ouvertement la division au sein des classes populaires, ce qui aurait des conséquences désastreuses dans une ville comme Perpignan où la précarité atteint des sommets. Le RN représente le pire ennemi des travailleurs.
Présent dès le début de la constitution de la liste citoyenne « L’Alternative », le NPA a œuvré sur la base d’un fonctionnement démocratique et d’un programme de gauche combatif pour le rassemblement en son sein des forces de gauche et de la population opposées au libéralisme économique. Nous y avons défendu le fait qu’aucune fusion ne devait avoir lieu avec des partis ayant prôné une politique libérale au niveau local, c’est-à-dire avec la liste Langevine soutenue par le PS et EELV. Cela nous aurait conduits à cautionner une politique dont beaucoup ne veulent plus. Cette position a été validée démocratiquement par une large majorité au sein de « L’Alternative ». Malheureusement la liste n’ayant pas atteint les 10% pour être présente au second tour, nous continuerons pour notre part à soutenir les luttes sur les questions sociales, environnementales et démocratiques. Pour cela, nous souhaitons que la dynamique de « L’Alternative » puisse perdurer après les élections.
Pour le second tour des municipales le 28 juin à Perpignan, nous appelons à ce que pas une seule voix n’aille au RN et à son candidat Aliot qui représente la politique du pire pour notre camp social ».

(Perpignan, 22 juin 2020)