Alain Cavalière communique :

 

« Je n’irai pas à Canossa…

Front républicain, désistement républicain, retrait républicain, c’est une question de sémantique d’époque ou d’opportunisme…
Ce mythe de la vie politique permet à tous « les faux c… » de se donner bonne conscience en mettant en avant les valeurs de la République. En fait, il s’agit d’une escroquerie intellectuelle qui justifie tous les reniements au nom de l’impératif supérieur de se situer dans le camp du bien. Non seulement on ne se place pas sur l’analyse d’un programme, d’une politique mais encore on adopte une posture dictée par les appareils qui s’apparente à de petits arrangements entre amis.
À Perpignan, après avoir dit « pis que pendre » de son bilan, les têtes de liste une à une font allégeance au maire sortant qui grand seigneur « apprécie les retraits républicains ».
Quel spectacle affligeant.
Pour ma part, je ne renie pas ma participation au premier tour sur la liste de Romain Grau mais lassé de cette hypocrisie comme beaucoup d’électeurs, et n’étant pas « marcheur », je n’irai pas à Canossa. Je connais Louis Aliot, et rien dans son programme ne me semble de nature à menacer les fondements de la République aussi, c’est avec détermination et sans état d’âme, que je lui apporte mon soutien pour : « voir l’avenir en grand ». »