« Dans une brève signée Jean-Marc Pujol et publiée sur le site ouillade.eu le 19 juin dernier, je lis, amusé, sous sa plume : « J’aurai pu vous montrer les mails envoyés par André Bonet fin janvier 2020 à l’un de mes colistiers auquel il s’adressait à lui comme « ami et futur adjoint ».

Donnons le nom. Il s’agit de Bruno Nougayrède, un de mes éditeurs, passionné comme moi de la messe en latin, et devenu la petite plume « officieuse » de Jean-Marc Pujol !

Je m’étonne qu’en tant qu’éditeur il respecte si peu la confidentialité de correspondances avec ses auteurs.

Je venais d’apprendre, en effet, par une indiscrétion tenue très secrète qu’il s’apprêtait à rejoindre la liste du maire sortant. Rêve qu’il entretient depuis son arrivée à Perpignan.

Par le mail que je lui ai adressé, je voulais simplement lui confirmer que j’avais été mis dans la confidence par un très proche de Jean-Marc Pujol.

Bruno est un bon éditeur, il a redressé les finances des éditions du Rocher fondées dans un paradis fiscal (Monaco).

La politique le titille depuis longtemps. Cependant, force est de constater que Bruno Nougayrède, macroniste pendant la dernière présidentielle et chrétien démocrate le reste du temps, est un novice en politique. La gourmandise qu’il a à manier les petites attaques personnelles pour tenter de jouer des coudes au sein d’une équipe du maire sortant bien divisée, le démontre chaque jour.

Disons-le tout net, il est médiocre c’est dans sa façon de taper, quasiment quotidiennement, sur Louis Aliot sur sa page facebook confidentielle. C’est devenu obsessionnel chez lui.

Il y a des gens formidables dans chaque liste. Chez Pujol, chez Amiel, chez Grau, chez Langevine, chez Ripoull… Dans toutes les listes même. Bruno devrait faire preuve d’un peu plus d’humilité. Son obsession c’est de crier au loup ! FN : FN ! FN ! FN ! , n’étant pas assez subtil pour comprendre qu’une élection municipale c’est avant tout un bilan et un projet.

Pour ma part, au-delà des invectives et des petites postures politiciennes, mon engagement aux côtés de Louis Aliot s’inscrit ( comme celui de tous ses colistiers) dans la volonté des Perpignanaises et des Perpignanais de tourner une page. Ils ont bien compris qu’agiter le chiffon rouge du « front républicain » n’était qu’une imposture destinée à masquer un bilan désastreux.

Bruno Nougayrède est un doux rêveur, c’est ce qui le rend « attachant ». Il se targue enfin depuis quelque temps auprès des petits cercles catholiques perpignanais dont il s’enorgueillit d’être te représentant, que Jean-Marc Pujol le nommerait comme remplaçant à sa place et ce dès le début du mandat, s’il venait à être réélu. Cette affirmation aura eu le mérite de provoquer l’hilarité de bons nombre de ses amis.

Mais rassurons-nous c’est Charles Aznavour qui chante « Je me voyais déjà en haut de l’affiche ! », pas Bruno ! Pour être plus sérieux, Je n’aime pas que l’on insulte à ce point les colistiers de Louis Aliot, en tentant de nous faire passer pour des fachos ! Le procédé est minable et n’honore pas leurs auteurs.

Mais qu’il se rassure il ne fait peur à personne. Nous pourrions donner les noms des colistiers de Jean-Marc Pujol, et ils sont nombreux qui ont déjà au moins une fois voté FN dans leur vie. Mais nous ne rentrerons pas dans ce jeu minable de la délation.

Jean-Marc Pujol rempart contre les extrémistes ? Une posture suicidaire.

Que Bruno, 7e sur la liste de Jean-Marc, arrête de sauter comme un cabri. Qu’il patiente un peu. Les électeurs décideront dimanche prochain s’il siègera comme futur adjoint ou comme conseiller municipal d’opposition. Les Perpignanais auront le dernier mot. Ils n’ont pas besoin qu’on leur force la main en brandissant le spectre de la peur ».

André Bonet