Olivier AMIEL, ex-adjoint du maire de Perpignan, Jean-Marc PUJOL, qui fut en charge notamment de la Politique de la Ville et de de la Rénovation urbaine, a tenu hier une conférence de presse, en présence d’une partie de son équipe, pour réaffirmer notamment son ambition de remporter les prochaines élections municipales sur Perpignan, en mars 2020

Déterminé, volontaire, il s’est présenté devant les médias comme la seule et unique alternative pour construire le Perpignan de demain que les nombreux jeunes qui l’entourent dans ce défi souhaitent voir émerger.

Lors de cette conférence de presse, Olivier AMIEL aurait cependant prononcer une petite phrase qui n’est pas passée inaperçue parmi ces coéquipiers, loin s’en faut : « Un des axes de notre programme, c’est la probité ; nus allons travailler pour que les marchés publics soient tout à fait propres, car on peut mieux faire (…) ».

Non seulement cette petite phrase, que l’on peut qualifier « d’assassine », est lourde de sens mais surtout lourde de conséquences. Car elle est au minimum très surprenante, dans la bouche de celui qui a largement participé à cette équipe municipale en place depuis 2014. On peut donc en déduire que c’est en (fin) connaisseur qu’Olivier AMIEL s’est exprimé sur le sujet ? L’attaque est grave, car elle dénoncerait des pratiques actuelles.

Si Olivier AMIEL a très sincèrement des exemples à fournir, des éléments, il se doit de les communiquer à qui de droit… Avocat de formation, connaissant son souci du détail, de la précision et de l’honnêteté, il est évident que ce propos n’a pas été prononcé à la légère.

A suivre…

NDLR. Il est important de préciser et de rappeler qu’Olivier AMIEL demeure le trésorier de la fédération départementale du parti Les Républicains des Pyrénées-Orientales, et qu’à ce titre il n’a jamais été désavouer par les instances nationales.