« Le maire LR de Perpignan a annoncé ce jour son intention de briguer un nouveau mandat lors de l’élection municipale de mars 2020

« Je m’étais engagé à ne pas me représenter mais devant l’enjeu du risque ALIOT, je ne pouvais pas me désengager précisant avoir écrit aux président de la République et Premier ministre pour les « alerter sur la situation à Perpignan » ???!!!

Mais de quelle situation parle-t-il ? Le risque ALIOT ? Mis à part la vague électorale qu’il risque de prendre en pleine figure, je ne vois pas très bien. Le risque pour Perpignan. Ce serait sa réélection. Car c’est de son bilan que nous allons parler. Pas du mien.

Mais pour déranger le président de la république et le premier ministre, la situation doit être cataclysmique. Les a-t-il alerté du chômage ? De la misère ? De l’insécurité ? Des difficultés de nos entreprises, commerçants, artisans ou agriculteurs ? De la situation de nos retraités précaires ?

Non, non…de sa situation précaire de Maire en fin de course et de la perte probable de son siège. Lui, l’elu LR, l’homme de droite en est réduit à demander le soutien de ses adversaires politiques, par ailleurs ses anciens adjoints, au risque de semer la confusion et risquer la compromission avec les socialistes et LREM.

A la question mais qu’est-ce qui vous différencie de messieurs Grau et Amiel, il a répondu : « rien ! Ils étaient avec moi et ont tout voté ! »

Mais alors pourquoi tout ce tintamarre. Qu’ils se rassemblement donc et qu’il défendent leur bilan commun. Et qu’ils arrêtent de faire semblant.

Pendant que ces gens-là calculent comment sauver leurs postes, nous continuons notre travail de ratissage et de pédagogie. Nous continuons à œuvrer au grand rassemblement local qui permettra le renouveau. Au delà des partis, il y a Perpignan.

Tout ça prouve bien que la politique perpignanaise est devenue l’archétype de ce que les perpignanais ne veulent plus. Le choix sera clair.

Il faut tourner la page. Perpignan n’attend que ça ».

 

Louis ALIOT (RN), député de la 2e circonscription des P-O.