« Les trois combats de la liste citoyenne « L’Alternative ! » à Perpignan
La liste citoyenne « L’Alternative ! Perpignan écologique et solidaire » menée par le duo Caroline Forgues et Jean-Bernard Mathon a su s’imposer dans le panorama des élections municipales de Perpignan en un rien de temps de manière magistrale. Elle bénéficie d’une dynamique particulièrement propulsive. Elle le doit en grande partie à un triple positionnement stratégique

 

Comme son nom l’indique, elle constitue la véritable alternative aux candidats de droite sortants. Tous ces candidats, chacun à leur manière, se retrouvent en échec. Les citoyens s’en rendent bien compte. C’est évidemment le cas du maire sortant Jean-Marc Pujol qui propose de faire enfin ce qu’il n’a pas réalisé en dix ans de mandat (et bien plus si l’on compte ses nombreuses années d’adjoint). Le macroniste Romain Grau et le dissident Olivier Amiel sont pleinement concernés par l’insuffisance du bilan en leur qualité d’adjoint, fonction qu’ils ont assumée pendant la quasi-totalité du mandat en cours (avant, il est vrai, d’être évincés, mais pour de pures raisons de compétition électorale…).
Le label de sortant concerne également Agnès Langevine qui doit assumer deux bilans pas faciles à défendre : celui, personnel, de vice-présidente du Conseil régional Occitanie marqué du sceau le l’acceptation du capitalisme vert, celui, collectif, de son partenaire socialiste d’obédience Vallsiste (se rappeler des primaires du PS en janvier 2017 qui avaient vu les militants socialistes locaux être un des trois seuls départements à mettre en tête Manuel Valls au détriment de Benoît Hamon) du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales caractérisé par la soumission à l’austérité et la validation des coupes budgétaires massives pour les collectivités territoriales.
En deuxième lieu, la liste citoyenne « L’Alternative ! Perpignan écologique et solidaire » constitue le meilleur rempart contre l’extrême-droite. D’abord par la sincérité de son engagement citoyen ; ensuite par le renouvellement des pratiques qu’elle a engagé ; enfin par sa capacité à remobiliser l’électorat populaire déçu par les échecs et les promesses non tenues. C’est cette alchimie novatrice qui peut être qualifiée de meilleur antidote au candidat / député Louis Aliot. Candidat qui pourrait aisément être considéré comme un sortant de plus. Mais comme il travaille si peu à l’Assemblée Nationale, ainsi qu’au Conseil municipal de Perpignan, qu’on est en droit de se demander s’il est réellement un sortant de quoi que ce soit…
Enfin, « L’Alternative ! » réalise l’exploit dans un même élan de rassembler en quasi-totalité son camp politique (comme en témoignent les nombreux soutiens de forces politiques de gauche) et de fédérer le peuple (comme l’indique l’espoir qu’elle suscite parmi les oubliés de la politique). Elle mérite indiscutablement le label de seule liste qui soit à la fois citoyenne, de gauche, écologiste. Ou du moins pour les quelques grincheux, la seule qui défendra sans mollesse le patrimoine de gauche, lancera sans barguigner la transition écologique, œuvrera résolument à l’intérêt général, aux antipodes de tous les renoncements coupables.
Le sillon que « L’Alternative ! » trace avec constance et cohérence est décidément fertile. Ce choix entre parfaitement en résonance avec les aspirations profondes de la population de Perpignan. Pour y parvenir réellement, « L’Alternative ! Perpignan écologique et solidaire » doit mener, en les articulant, ces trois combats stratégiques ».

 

 

Francis DASPE, animateur de groupe d’action de La France Insoumise