« Municipales/ Gauche plurielle : la candidate d’extrême-gauche se dévoile. Enfin ! Enfin la gauche plurielle annonce sa candidate à l’élection municipale en la personne de la vice-présidente de la région Occitanie, rouge et verte, écolo-bobo et sectaire : Madame LANGEVINE-CODOGNES. Un formidable retour en arrière du Jospinisme triomphant

Son programme est d’une folle originalité : battre Louis ALIOT ! Quelle innovation majeure…

Et puis rassembler (à gauche surtout), redresser, réparer ??!?!

Mais redresser quoi ? Réparer quoi ?

– Les méfaits de la politique de François HOLLANDE dont elle a été un soutien indéfectible ?

– Les méfaits de la politique sectaire qu’elle mène à la Région avec Madame DELGA qui ne sera plus présidente de région dans deux ans ? 1 milliard d’euros de dépenses supplémentaires depuis que ces irresponsables sont aux affaires à Toulouse. Même la cour des comptes a été obligée d’intervenir !

– les méfaits de la politique municipale de Monsieur PUJOL qu’elle a soutenu au second tour en 2014 et avec qui elle a contracté un pacte du diable pour sauver places et prébendes ?

Qu’en pensent les Bourquinistes du département qui ont tant souffert des coups tordus de cette bande aujourd’hui imposée par l’arrogante présidente occitane de Toulouse ?

En fait, cette candidature est une très bonne nouvelle car on va pouvoir enfin informer les Perpignanais sur ses idées extrémistes et sa politique de casse sociale et territoriale. Si notre département est dans cet état on le doit à des politiques comme Madame LANGEVINE qui passent leur temps à s’autocongratuler avec les résultats que l’on connaît.

Les écologistes avancent comme toujours masqués. Sous les sourires et la verdure, la haine et le mépris. L’environnement est trop important pour le laisser à ces extrémistes.

L’écologie n’est qu’un prétexte. La gauche la plus extrême y est nichée dans ses idées les plus loufoques.

La permissivité, la légalisation de la drogue dans une ville gangrenée par les trafics, l’angélisme qui tolère tout en matière d’insécurité, et un soutien permanent et autoritaire à l’immigration sauvage…et la liste n’est pas exhaustive.

Les Perpignanais vont enfin se rendre compte de ce qu’est cette gauche là !

La France les a expulsé hors du pouvoir après Hollande et son bilan catastrophique ! Les Français n’en veulent plus.

Perpignan non plus ».

 

Louis ALIOT, député de la 2e circonscription des P-O, conseiller municipal et communautaire d’Opposition de Perpignan