Communiqué de presse.

 

« Dès mon lancement de campagne le 18 avril j’ai formulé la proposition de notre équipe de supprimer le cabinet du maire à Perpignan.

Le rapport d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes qui sera présenté au Conseil municipal ce jeudi 7 novembre va d’ailleurs dans le sens de ma proposition puisque la juridiction administrative financière est obligée de rappeler compte tenu du rattachement de trop nombreux services municipaux sous la hiérarchie du cabinet du maire : « qu’un directeur de cabinet ne peut diriger des services municipaux ».

La suppression du cabinet du maire que je propose sera une mesure inédite en France qui s’inscrit dans l’axe de campagne de mon équipe sur la probité et le renouvellement des pratiques politiques à Perpignan.

Le cabinet qui est payé par l’ensemble des contribuables pour travailler à la réélection d’un maire n’est pas opportun. Cette suppression et la baisse de 10 % des indemnités des élus feront faire une économie de 500 000 € par an à la ville (3 millions d’€ sur la durée du mandat !).

L’autorité du politique et l’indépendance de l’administration seront plus efficaces avec cette mesure.

En tant que maire je ne garderai que le strict minimum en matière de secrétariat et les tâches politiques seront exécutées plus conformément à la réglementation par les collaborateurs de groupe d’élus.

Nous reviendrons ainsi à l’essence de la démocratie locale avec une séparation du champ politique et administratif ».

 

Olivier AMIEL, conseiller municipal et communautaire de Perpignan