Alors que de ce côté ci des Pyrénées les mouvements associatifs et politiques proches des milieux des Indépendantistes catalans, l’ERCn en tête, soutiennent tous sans exception les séparatistes catalans emprisonnés en Espagne, Jordi VERA et son parti « Oui Au Pays Catalan » (OAPC) sont montrés du doigt pour ne pas avoir réussi à convaincre le député de la 1re circonscription des P-O, Romain GRAU (LaREM), de cosigner l’appel de 52 parlementaires français (sur les 577 que compte l’Assemblée nationale) « contre la répression des élus catalans en Espagne » ; une tribune publiée le 31 août dernier dans le Journal Du Dimanche (JDD)… Ces cinquante-deux députés français y faisaient part de leur préoccupation et appelaient à l’apaisement des tensions, exprimant : « Le débat politique ne saurait être tranché par la répression ».

Parmi les signataires de cette tribune : Sophie AUCONIE (UDI, Indre-et-Loire),  Clémentine AUTAIN (LFI, Seine-Saint-Denis), Marie-George BUFFET (GDR, Seine-Saint-Denis), Michel CASTELLANI (LT, Haute-Corse), Régis JUANICO (PS, Loire), Jean-Christophe LAGARDE (UDI, Seine-Saint-Denis), Muriel RESSIGUIER (LFI, Hérault), François RUFFON (LFI, Somme), Marina SAGE (UDI, Polynésie), Bénédicte TAURINE (LFI, Ariège), Michel ZUMKELLER (UDI, Territoire-de-Belfort)… sans oublier Jean-Luc MéLENCHON et Danièle OBONO.

Aucun des trois députés de La République en Marche (LaREM) – Romain GRAU, Laurence GAYTE et Sébastien CAZENOVE – élus dans le département frontalier des Pyrénées-Orientales n’a signé cette tribune.

La situation est d’autant plus embarrassante, des plus délicates pour Jordi VERA qu’il figure sur la liste de Romain GRAU, candidat aux prochaines élections municipales (mars 2020) sur Perpignan, et que son mouvement politique, OAPC, soutient très officiellement Romain GRAU.

De source généralement bien informée, nous avons appris que Jordi VERA aurait récemment pressé Romain GRAU de faire un geste fort en faveur des séparatistes catalans emprisonnés en Espagne : il pourrait aller les rencontrer en prison dans les prochains jours… ou se rendre à Waterloo (Belgique) pour y retrouver son ami Carles PUIGDEMONT l’espace d’un selfie.

Mission des plus délicates qui pourrait aussi en retour attirer au député-candidat les foudres de la direction de LaREM… et de l’Elysée.

« Le courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel » (Jean Jaurès)

A suivre.