Communiqué de presse.

 

« Je m’en fous complètement ».
Ma réaction sur le fait de ne pas être invité au débat organisé par France Bleu et France 3 dans le cadre des municipales de Perpignan
« Ils sont libres d’inviter qui ils veulent, c’est ça aussi la liberté de la Presse* ».
Ça n’émeut personne quand Le Figaro, France 2, France Inter, etc. décident arbitrairement de ne parler que des candidats d’En Marche, du Rassemblement National et du maire sortant…
On a même droit aujourd’hui à la fausse compassion du candidat d’extrême droite Louis Aliot qui signe une pétition et annonce qu’il ne se rendra pas au débat si tous les candidats ne participent pas… Il n’a pourtant rien dit quand La Chaîne Parlementaire LCP a diffusé un reportage sur l’élection municipale de Perpignan ne donnant la parole qu’à lui et au député En Marche !
Alors oui, je me fous complètement de ce débat et je préfère continuer à être en campagne sur le terrain dans ma ville que sur un plateau télé à Montpellier ! ».

 

Olivier AMIEL

 

*NDLR. Sauf qu’en l’occurrence, et cela semble avoir échappé au candidat Olivier AMIEL, il s’agit là de médias issus du service public, financé par l’argent de TOUS les contribuables !