Est-il obligatoire d’être issu du Barreau des Pyrénées-Orientales pour se présenter sur Perpignan aux prochaines élections municipales, en mars 2020 ?

La question peut être posée à la lecture du casting, entre les candidats déclarés et ceux probables, car ils ont en commun de tous porter la robe noire, pas celle issue de la procession de la Sanch, celle qui évolue dans les prétoires…

Louis ALIOT (RN), avocat.

Olivier AMIEL (LR), avocat.

Romain GRAU (LaREM), avocat.

Sofiane HAKIKI (PS), avocat.

Jean-Marc PUJOL (LR), avocat.

Et d’autres, remplaçants, prêts okazou : François CALVET (LR), avocat ; Jean CODOGNES (EELV), avocat ; Pierre PARRAT (LR), avocat…

Il y a une vingtaine d’années, nombre de professionnels de la santé – chirurgien, médecin, pharmacien… – évoluaient aux commandes du département, au sein du Conseil général ou dans diverses collectivités locales et territoriales, ce qui faisaient dire à certains observateurs la vie politique roussillonnaise « Que les P-O devaient être bien malades pour avoir autant de toubibs à son chevet électoral »… Aujourd’hui, avec (au)tant d’avocats qui briguent le fauteuil de maire de Perpignan, faut-il en déduire qu’il y aurait un nombre conséquent d’affaires à plaider pour défendre la Ville ?