« L’annonce par le candidat Romain GRAU de la création d’une antenne de la Brigade de Recherche et d’Intervention (BRI) de la police judiciaire à Perpignan ne peut pas faire oublier qu’il a été incapable d’empêcher la fermeture de deux commissariats et d’obtenir la qualification de « reconquête républicaine » pour un seul de nos quartiers alors que cela aurait permis davantage de moyens pour la police nationale (Perpignan est pourtant d’après le Ministère de l’Intérieur la 4ème ville sur 100 où on risque de se faire agresser avec 75 coups et blessures pour 10 000 habitants)

 

La création de cette antenne de la BRI à Perpignan interpelle surtout en raison de ses missions.

Chargée de la lutte contre le grand banditisme, la BRI n’intervient que ponctuellement pour des crises majeures alors que nous avons besoin d’une action en profondeur et quotidienne contre les bandes qui se disputent le marché lucratif de la drogue à Perpignan avec une montée de violence intolérable : fusillades en pleine journée jusque devant une école ! Seule une présence tous les jours et dans tous les quartiers peut permettre le retour de l’ordre républicain.

Plus grave, faut-il chercher la réelle raison de la création d’une antenne de la BRI dans son autre mission principale : la lutte contre le terrorisme ? Est-ce la preuve d’une menace terroriste particulière ? On ne connaît pas le nombre de fichés S à Perpignan mais l’arrivée de la BRI pourrait nous dévoiler une situation particulièrement alarmante ».

 

Olivier AMIEL