Jacqueline Amiel-Donat (ex-PS), nous communique avec prière d’insérer :

« Quelques secondes, il suffit de quelques secondes pour glisser le bulletin de la colère dans son enveloppe…

 

Quelques secondes supplémentaires à peine, pour mettre l’enveloppe dans l’urne et signer son engagement. Car c’est bien un engagement qui est pris par chaque électeur, un engagement sur l’avenir, un engagement pour l’avenir de ses enfants et ses petits enfants.

 

Quelques secondes pour un avenir de six années : c’est long et c’est court six ans, mais pendant six ans chacun devra répondre de son choix. Car c’est bien un choix qui sera fait par chaque électeur, celui de sa propre colère ou celui de la préservation d’un avenir (même s’il n’est pas celui qu’on souhaitait) ?

 

Que dire à nos enfants devenus adolescents, que répondre à nos adolescents devenus adultes ? Qu’on était en colère ce jour là et les jours précédents ? Qu’on n’y a jamais cru mais qu’on n’avait pas réfléchi aux conséquences ? Ou alors leur mentir : « moi, non mais les voisins, oui … »

 

Alors oui, dimanche prochain, c’est à un problème de conscience que chacun des perpignanais et perpignanaises va se trouver confronté ».