De source généralement bien informée : Jean Castex (UMP), ancien Secrétaire général-adjoint de l’Elysée du temps de la présidence de Nicolas Sarkozy, actuel maire de Prades (candidat à sa propre succession en mars 2014) et conseiller régional des P-O, aurait été approché par un émissaire (une personnalité reconnue au plan national, dit-on) envoyé par Jean-François Copé, président de l’UMP, afin de lui demander d’intervenir auprès de ses amis Jérôme et Clotilde Ripoull… avec insistance.

Clotilde Ripoull, centriste de profession de foi, conseillère municipale de Perpignan solidement ancrée dans l’Opposition au maire Jean-Marc Pujol (UMP), envisage de conduire une liste aux prochaines municipales, une liste de Centre-droit qui, selon l’UMP-Paris, « risquerait de faire de l’ombre au maire sortant en le privant de précieux petits points indispensables à sa réélection (…) ».

Jean Castex, qui n’a jamais caché son amitié pour Jérôme et Clotilde Ripoull, aurait laissé entendre à l’émissaire en question qu’il avait en d’autres termes « d’autres chats à fouetter à Prades (…) ».

Aura-t-il réussi dans la foulée refilé le bébé (selon l’expression consacrée) à Paul Blanc (UMP), ex-sénateur et maire de Sournia, ou encore à François Calvet, président du Comité départemental UMP’66 et sénateur-maire de Le Soler, d’autres fidèles amis de Clotilde Ripoull ?

A suivre…