« La dynamique est de notre côté ! »

 

Sous ce titre, Louis Aliot (FN), tête de liste Perpignan Ensemble (RBM), communique :

« A quatre semaines du premier tour, la campagne électorale municipale de Perpignan est maintenant lancée, avec des enseignements majeurs !

Le rapport de force évolue rapidement et le terrain nous le démontre tous les jours ! Le maire se tasse et pas seulement dans les sondages. Il prend de plein fouet les mauvais résultats de son bilan et devient de plus en plus inaudible sur des promesses tous azimuts qu’il est, ou qu’il sera bien incapable de tenir. Pourquoi ferait-il demain de qu’il n’a pas fait hier, alors qu’il est en responsabilité à des postes clefs depuis 1989 ! Les classements des grands hebdomadaires se suivent et se ressemblent et ont de plus en plus d’impact dans l’opinion. Après Le POINT, le FIGARO-Mag, l’EXPRESS pointe à son tour cette semaine une gestion désastreuse et des résultats catastrophiques dans tous les domaines.

Et dire que Monsieur Pujol ose nous donner des leçons en parlant d’isolement et de catastrophe au cas où nous prendrions la responsabilité de la ville ?! La catastrophe, c’est maintenant ! L’isolement et la guéguerre absurde avec la gauche de Bourquin, c’est depuis longtemps ! L’addition est toujours payée par les mêmes, les perpignanais ! Notre victoire serait emblématique pour le renouveau et la prise de conscience départementale des enjeux à venir. Le développement économique doit être une priorité et le rétablissement de la sécurité, un préalable.

Sur le terrain les électeurs de Perpignan ne sont pas aveugles et constatent une démagogie hors norme et un déploiement de moyens municipaux inhabituels ! Après le mois de janvier, mois de vœux et de galettes dans tous les quartiers, les inaugurations officielles vont bon train et les services de la mairie sont sollicités comme jamais. La dernière en date, les policiers municipaux ont été privés de repos et congés jusqu’au 30 mars pour être sur le terrain et faire de l’ilotage partout…Du voyant, du trop voyant…Sans compter un certain nombre d’embauches « ciblées » dans les deux derniers mois que je compte bien rendre publique…

Bref, avec ces déploiements de moyens inhabituels le maire est dans une spirale de résultats à la baisse. Passé l’impact de son lancement de campagne, sa courbe fléchit au fur et à mesure que les électeurs prennent conscience des enjeux et de la possibilité de tourner cette page sans danger de gauche.

A gauche précisément, le score est conforme aux prévisions. Le pouvoir PS-Hollande-Ayrault est contesté par beaucoup et les divisions locales n’arrangent rien et accentuent ce phénomène. Perpignan ne sera pas à gauche et c’est là un enseignement majeur puisque le discours de l’UMP se trouve sans objet.

Contrairement à ce qui est dit dans certains milieux de droite, voter Perpignan Ensemble-RBM, c’est faire reculer la gauche et créer les conditions d’une véritable alternative.

Restent enfin nos résultats, et la dynamique relevée par le sondeur. Dans ce genre d’exercice la marge d’erreur et de 4 points sachant qu’en plus, nous sommes très souvent sous-estimés. Nous le sentons sur le terrain. Les perpignanais commencent à ouvrir les yeux et, le danger de gauche étant écarté, ils s’intéressent à notre projet et à nos propositions.

Notre liste vient d’être dévoilée. Elle est composée de femmes et d’hommes insérés dans la société civile qui appartiennent ou pas à ma famille politique. Des gens enracinés dans nos quartiers et qui ont une vie associative ou professionnelle bien remplie. Des chefs d’entreprises, des artisans, des commerçants, des professions libérales, des fonctionnaires, des retraités et des jeunes actifs, des employés et des mères de famille, ils sont à l’image d’un perpignan populaire, fier d’appartenir à cette ville et déterminés à défendre des valeurs et une identité catalane et française.

Ce n’est qu’un début ! Notre projet-papier arrive. Nous avons quatre semaines pour convaincre ! ».