Ce mercredi matin, dans sa permanence où il tenait une conférence de presse pour présenter ses vœux aux Perpignanais, Louis Aliot (FN), conseiller régional des P-O, tête de liste Perpignan Ensemble (Rassemblement Bleu Marine) pour les prochaines élections municipales (23 & 30 mars 2014), a adopté une posture de vainqueur, convaincu de surfer sur le haut de la vague : « Ce sont les Perpignanais qui me le disent tous les jours, par des témoignages recueillis sur le terrain. Je sens vraiment que quelque chose de très important en notre faveur est en train de se produire à Perpignan ».

D’emblée, Me Louis Aliot est allé sur le terrain idéologique, appuyant et illustrant son propos à partir de l’actualité politique locale : « Je me dois de dire quelques mots pour commencer sur les ralliements des uns et des autres, je pense là plus particulièrement à M. Olivier Amiel, l’avocat des sans-papiers, qui rallie M. Pujol. Et comme on dit dans la pub, ce n’est pas fini ! On nous annonce d’autres transfuges sur cette liste de M. Pujol. Même le MoDEM ! J’ai lu que M. Pujol était prêt à embarquer dans son train le MoDEM, le fameux parti qui a appelé à voter pour M. Hollande contre M. Sarkozy. On se demande pourquoi M. Pujol a-t-il autant insisté pour avoir le soutien et l’investiture de l’UMP, si c’est pour ensuite ouvrir sa liste à des gens de gauche… En tout cas, et je m’en félicite, la seule liste de droite qui se présentera en mars prochain devant les électeurs perpignanais, c’est la nôtre, c’est celle du Rassemblement Bleu Marine, c’est l’équipe Perpignan Ensemble. Nous serons la seule liste qui n’aura pas d’affinités avec le Parti Socialiste et le Gouvernement de M. Ayrault, je crois que cela mérite d’être dit et clarifié (…). Plus nous avançons vers les élections municipales, et plus je trouve que l’ambiance de cette mairie ressemble à une fin de règne… Les Perpignanais peuvent compter sur nous pour appuyer où ça fait mal, c’est-à-dire pour dire la vérité, les faits tels qu’ils sont dans la réalité de cette mairie (…) ».

Ensuite, après avoir donc balayé l’actualité politique locale, Louis Aliot a planté le décor de la campagne électorale de sa liste Perpignan Ensemble en en dévoilant les grandes lignes : « Nous aurons un calendrier chargé, qui va débuter par la distribution de notre document, à 56 000 exemplaires ; une conférence de presse avec Jacques Clostermann (NDLR. Fils de l’aviateur Pierre Clostermann « surnommé Premier chasseur de France » pour ses nombreux exploits durant la Seconde guerre mondiale et décédé à Montesquieu-les-Albères en 2006), il présidera mon Comité de soutien ; une autre conférence de presse avec mon ami le député gardois Me Gilbert Collard… Un meeting prévu avec Marine Le Pen, le 15 février, au Parc des expositions… Nous allons démarrer une campagne active dès cette semaine, puis nous présenterons notre liste à la fin du mois de janvier. Il s’agira d’une liste neuve ! Attendez-vous à de belles surprises (…) ».

Puis, il a présenté ses vœux « aux Perpignanaises et aux Perpignanais, à la presse, aux employés municipaux, à tous ceux qui se battent pour que Perpignan puisse vivre et non par survivre ».