Nicole Gaspon (PCF), conseillère municipale  de la Ville de Perpignan, communique :

« Voilà Jacqueline Amiel-Donat et Jean Codognès en pleine lune de miel. Dire que ça n’a pas toujours été le cas est un doux euphémisme… La perspective des prochaines municipales fait décidément des miracles. Ils seraient prêts et d’accord pour conduire une liste d’union de la gauche en 2014.

Ce n’est vraiment pas la bonne méthode, le genre, nous on est la locomotive et on va accrocher les wagons, à savoir les autres formations de gauche.

Dans leur magnanimité, ils ont même envisagé une place pour les communistes sans qu’aucune discussion n’ait eu lieu.

Désolée, mais le rassemblement, ça ne marche pas comme ça. La première des conditions c’est un minimum de respect pour les autres, c’est la discussion, la construction collective autour de projets. Il n’y a pas de majorité de gauche possible à Perpignan sans le Front de Gauche et les 5 750 citoyens qui l’ont soutenu lors de l’élection présidentielle. Il n’est pas question d’entrer dans un jeu d’individualités s’autoproclamant chefs et dictant leurs desiderata. Ce type de comportement, cette fébrilité, ne sont pas de bon augure pour tous ceux qui veulent que cette ville soit enfin débarassée d’une droite clanique qui gouverne depuis trop longtemps et cela pourrait encourager les appêtits du Front national ».