« A Perpignan, le candidat de François HOLLANDE panique et sort de son chapeau des promesses démagogiques de dernières minutes »

.
Sous ce titre, François Lietta (UMP), responsable départemental des Jeunes Populaires’66, nous communique avec prière d’insérer :
« Pour le lecteur attentif de la presse locale, il n’aura pas échappé que le candidat de François Hollande, dont il est un fervent soutien à l’Assemblée Nationale, aura au fur et à mesure de la campagne émis de plus en plus de promesses démagogiques:
– Le Bus gratuit ;Tout gestionnaire, sait qu’aucun service n’est jamais gratuit. Le transport étant un service de la communauté d’agglomération il faudra ponctionner l’ensemble des habitants de la communauté d’agglomération (36 communes) par des hausses d’impôts. Votez socialiste aux municipales, c’est donc prévoir une première hausse d’impôt rien que pour le bus !
– Construction de logement étudiant ; les lois de décentralisation permettent aux collectivités territoriales ( Conseil Général et Région) d’en construire
. C’était le cas du Conseil Général UMP des Yvelines qui a, dès 2010, fait le choix d’en construire. Le Conseil général des Pyrénées-Orientales, malgré les propositions en ce sens de l’association étudiante POLETUDIANT avait préféré installé des bornes en bord de route !

La liste n’est aucunement exhaustive ! 

Enfin, il convient de dresser le bilan du député PS Jacques Cresta, soutien inconditionnel du chef de l’Etat et du gouvernementl pour comprendre ce qui attend les Perpignanais :

Ø  L’Etat est exsangue : malgré un choc fiscal de 45 milliards d’euros supplémentaires prélevés sur les ménages et les entreprises en 2 ans, la France n’a pas baissé son déficit budgétaire. Le déficit public est estimé à plus de 4% en 2014 alimentant la dette publique qui dépassera 100% du PIB en 2017 ;

Ø  Une économie à l’arrêt : la situation de l’économie française continue de se dégrader, contrairement à celle des autres pays de la zone euro. La poursuite de la crise constitue une exception française, avec son lot de défaillances d’entreprises (63 000 en 2014) et de nouveaux chômeurs (+680 000 depuis mai 2012) ;

Ø  Des classes moyennes laminées : ce Gouvernement a pris pour cible les classes moyennes qui ont vu leur pouvoir d’achat amputé par des hausses d’impôt successives. Celles et ceux qui sont le cœur de la société française ont vu s’accélérer leur déclassement par un pouvoir qui en a fait sa tête de turc ;

Ø  Une société disloquée : non content d’affaiblir notre pays économiquement, François Hollande n’a eu de cesse de saper les fondements de notre société sous la pression de lobbys particulièrement agissants au sein du PS. Il a ainsi profondément contribué à la dislocation de notre société, déjà en proie à des tensions communautaristes et à la vague migratoire ;

Ø  Enfin des institutions délégitimées : la fonction présidentielle ressort profondément affaiblie après 2 années de présidence Hollande. Indépendamment des comportements personnels, l’exercice des responsabilités a largement pâti de l’amateurisme, de l’indécision, du manque de courage et de la pusillanimité d’un Président perdu, le summum ayant été atteint lors de l’affaire Leonarda.

Face à cet immense gâchis, la sanction électorale tombera dimanche mais elle doit être massive.

En effet, que ce soit au niveau national ou au niveau local, on ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont créés ».