Certes, ce n’est que dans trois jours, lors de la traditionnelle cérémonie de vœux en sa qualité de président de Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération (l’Agglo PMCA), que Jean-Paul Alduy (UDI), 1er adjoint de la Ville de Perpignan, officialisera sa décision concernant sa participation, ou pas, aux prochaines élections municipales, sur la liste conduite par le maire-sortant, Jean-Marc Pujol (UMP).

Selon un proche de Jean-Paul Alduy, « il ne fait aucun doute que celui-ci ne sera pas candidat, ni lui ni son épouse, ni à Perpignan ni à Torreilles (…), comme la rumeur l’a véhiculé avec insistance ces dernières semaines. Tout cela est ri-di-cu-le ! Jean-Paul Alduy selon toute vraisemblance tournera la page, et il le fera en réussissant sa sortie politique, comme justement le fait entre autre son ami Louis Carles à Torreilles (…) ».

Dans le cas où les révélations de ce proche de JPA seraient confirmées, ce serait la toute première fois qu’un Alduy ne serait pas présent à une élection municipale sur Perpignan depuis… 1959 !

Il reste encore que, n’en déplaise à certain(e)s, que Jean-Paul Aduy, qui pèse dans l’électorat local, au travers de ses multiples réseaux, pourrait s’installer à la 55ème et inéligible place sur la liste du maire-sortant UMP et candidat à sa propre succession, Jean-Marc Pujol, histoire de porter symboliquement l’équipe. Comme le fait exactement, à Banyuls-sur-Mer, Jean Rède (UMP), maire sortant, qui est placé en queue de liste de son épouse, Hélène Rède… Mais ce confident et proche du président de l’Agglo de Perpignan ne croit pas une seconde à ce scénario en ce qui concerne Jean-Paul Alduy : « JPA a tourné la page dans sa tête, j’en suis convaincu ! La meilleure des preuves, son livre à paraître très prochainement », assure-t-il.

A suivre.