« Jean-Marc Pujol est un mauvais gestionnaire »

Sous ce titre, Jacques Cresta (PS), député, nous communique avec prière d’insérer :

« Le Figaro Magazine dans son édition de ce jour épingle la gestion municipale du maire Jean-Marc Pujol, avocat fiscaliste de formation. Non seulement dans le classement des 38 plus grandes villes de France nous sommes bon dernier sur la dette par habitant avec 3938 € et dans les cinq derniers sur les charges sur les ménages. Et cela aurait pu être pire, puisque la ville n’a pas souhaité communiquer sur le montant des dépenses de communication, ni sur les frais de mission. Belle transparence des comptes publics.

Mais derrière ces chiffres on vend aux Perpignanais que Jean-Marc Pujol serait un bon gestionnaire et qu’il ne ferait qu’éponger les dettes des dépenses pharaoniques de son prédécesseur, Jean-Paul Alduy, qui gère aujourd’hui les destinées de l’Agglomération. Cette image de bon gestionnaire, de bon père de famille est totalement fausse et l’article du Figaro le souligne. Car la dette par habitant sous la mandature de Jean-Marc Pujol a cru de 7% et les impôts locaux de 14%.

Bas les masques. La gestion de l’équipe en place est catastrophique, aujourd’hui comme hier. Puisque, je tiens à rappeler que le Maire actuel a été adjoint aux finances de son prédécesseur. Il est donc responsable en totalité de cette situation.

Dès mon élection, je réaliserai un audit par un cabinet indépendant pour découvrir ce que l’on cache aux Perpignanais et connaître la situation exacte des finances de la Ville.

De plus je m’engage :

  • Ne pas augmenter les impôts locaux durant ma mandature. 
  • Revoir l’ensemble des délégations de service public, tous types de contrats et remettre en cause ceux qui enrichissent des multinationales sur le dos des Perpignanais: eau, transport, fourrière municipale, les repas des cantines scolaires et des maisons de retraite, … Avec à chaque fois la volonté de réduire les coûts en améliorant le service rendu, réduire le coût, améliorer la qualité et redonner du pouvoir d’achat aux Perpignanais.
  • Revoir la gouvernance entre la Ville et l’Agglomération et passer des conventions avec les autres collectivités pour mutualiser les services tout en améliorant la qualité de services rendus aux usagers
  • Associer les usagers à la gestion des services publics en assurant leur représentativité au sein des conseils d’administration
  • Faire adopter une charte de l’argent public élaborée en concertation avec les citoyens définissant les grands principes de la gestion qui prévaudront au cours de la prochaine mandature : modalités de financement et de gestion des services et équipements publics, accès aux marchés publics, critères d’attribution des subventions aux associations.

 Il est urgent de rendre la dépense publique à la fois plus transparente, plus efficace et plus juste, afin que les générations futures, nos enfants et petits-enfants, arrêtent de payer les erreurs récurrentes de Messieurs Alduy et Pujol« .