Clotilde Font-Gavalda.

 

« J’ai rejoint Louis Aliot après avoir milité pendant de longues années au sein du RPR auprès de Claude Barate en tant que Présidente de la section RPR de Canet, puis en qualité de Déléguée Cantonale du canton de la Côte Radieuse.

Native du département, j’ai rencontré sur les bancs de l’école puis de l’université de Perpignan bon nombre de personnes qui interviennent aujourd’hui sur la scène politique locale.

Ces dernières années je ne me suis plus retrouvée dans l’UMP qui est devenu un parti en  errance, sans chef, et anormalement divisé.

Ce parti ne correspond plus aux valeurs qui sont les miennes, des valeurs fondamentalement patriotes.

Mon engagement résolument à droite m’a tout naturellement amené vers Louis Aliot et le Rassemblement Bleu Marine (RBM).

Je suis très heureuse d’avoir fait ce choix.

J’ai rencontré au sein de ce mouvement des hommes et des femmes nouveaux, provenant de tous horizons et émanant de la société civile. Beaucoup sont eux aussi d’anciens membres du RPR.

Ils sont tous lassés de l’alternance gauche-droite et des discours stériles des politiciens du système.

Ils ne craignent pas de s’engager.

Aujourd’hui notre ville a  besoin pour se redresser d’un vrai courage politique.

Sans réaction rapide et énergique Perpignan sombrera !

La Municipalité actuelle ne fera pas demain ce qui n’elle n’a pas su faire en 55 ans.

J.M. Pujol en est réduit à faire appel au courant le plus sectaire de la prétendue gauche, socialiste ou communiste. Ses manœuvres clientélistes dénoncées depuis longtemps par ses prétendus adversaires, mais qui sont prêts à tout pour garder une parcelle de pouvoir, devraient  attirer la condamnation de tous les vrais républicains et démocrates de Perpignan. Le maire sortant n’est plus crédible : il en est réduit à mendier  un peu partout, dans chaque communauté, des voix pour sauver sa place.

Son appel de détresse est pitoyable et laisse clairement apparaître ce que pourrait être son prochain mandat.

C’est pourquoi  je vous invite, vous qui avez été mes «  compagnons»,  à nous rejoindre sans complexes et à voter et faire voter Louis Aliot dimanche prochain ».