Il y a une semaine Jacques Cresta (PS), député-candidat, faisait la demande d’occupation d’un terrain jouxtant l’avenue Xavier Benguerel, au quartier Vernet-Salanque.

« Cette réunion devait être organisée demain de 12h à 15h en extérieur, car aucun local de la ville n’est à la disposition des candidats sur ce secteur pour organiser des réunions publiques, malgré la présence de nombreux bâtiments communaux, précise Jacques Cresta. Soit. Donc afin de pouvoir échanger avec la population, j’avais prévu de les rencontrer à l’extérieur sur un terrain jouxtant la voirie et en face de l’école primaire. Les services de la mairie très courtois et réactif ont contacté l’équipe de campagne pour leur donner l’accord verbalement et demander au mandataire financier de venir signer la convention d’occupation. Chose faîte dans la semaine. A cette occasion un plan du dit espace a été remis précisant les lieux d’implantation, précisant les emplacements des fleurs à protéger… Aujourd’hui, ce vendredi 7 mars en début d’après midi , le secrétariat du maire nous a contacté pour annuler la dite réservation au motif « que ce terrain n’est pas adapté à l’organisation de réunion ». Cette décision est étrange puisque ce qui a été autorisé hier n’est plus valable aujourd’hui. De plus c’est le cabinet du maire qui nous a informé de cette décision, alors que la gestion de l’espace public dépend d’un autre service ».

Donc sans solution de rechange, ni proposition de salle de la ville, le candidat a du « dans la précipitation annuler cette réunion publique, alors que des frais avaient été engagés ».
Il demande aux nombreuses familles qui devaient être présentes de ne pas se déplacer. Jacques Cresta déplore « cette décision prise par le maire d’empêcher un candidat de tenir une réunion publique, en pleine campagne électorale, et à deux semaines du premier tour ».