Communiqué de presse

  

« Nous avons remporté une première victoire dans cette campagne ! Jean-Marc Pujol lit notre site « Vivement Cresta » et nos comptes rendus à commencer par celui de l’Atelier Urbanisme qui s’est tenu les 11 et 18 février :

« Si la Têt est une coupure, elle doit devenir un lien. Ce fleuve de montagne est aménageable. Le Sègre qui passe à Lérida en est la preuve. Il est clair que cet aménagement doit être un signal fort de continuité urbaine entre les quartiers du Vernet et le reste de la ville. … Derrière un front d’immeubles en bordure du fleuve, la ville tourne le dos au fleuve, ramassée autour de la Basse interdite au public, avec des politiques d’aménagement « petits bras »… Tout l’ensemble du réseau des rivières et des canaux doit être revalorisé et rendu à l’usage des habitants… » (En ligne sur Vivement Cresta)

Le 19 janvier je m’étais rendu à Lleida pour être reçu et guidé par José-Maria LLop ancien adjoint et ancien directeur de l’urbanisme à la ville, désormais en charge de la Chaire Ville UNESCO… Nous avions étudié de près les aménagements du Sègre pour affiner notre projet pour la Têt. Plusieurs associations perpignanaises travaillent aussi autour du fleuve, comme l’Atelier d’urbanisme et Vélo en Têt… Des esquisses sont déjà sur les tables, et je me suis engagé à ne lancer de projet qu’en pleine concertation avec les habitants.

Le maire-candidat lui, s’approprie ici et là les idées qui lui semblent électoralement utiles mais avec précipitation et amateurisme… Comment se fait il qu’il faille changer le Plan local d’urbanisme pour réaliser des aménagements sur l’Avenue Torcatis? Ce dernier en qualité d’adjoint à l’urbanisme, puis de Maire désigné, en est pourtant le responsable depuis son approbation en 2007 révisé par deux fois jusqu’en 2012… Monsieur Pujol est aussi le responsable de ce front d’immeubles sur la rive droite de la Têt qui barrent le paysage de la ville et font justement que la ville tourne le dos à son fleuve ! Et voilà que ce candidat, aux mannettes de la ville depuis 20 ans, s’aperçoit du manque d’espace autour du Théâtre ? Après les millions d’euros de la passerelle, les millions d’euros d’un hypothétique pont et encore des idées morcelées, le Maire-Candidat s’apercevra de son incohérence et de ses gaspillages… Assez d’amateurisme !

Notre « Projet Fleuve » est un projet d’Ensemble :

  • Autour de la Têt, l’ensemble des rivières, canaux et agouilles devra être réaménagé et  valorisé et notamment dans les quartiers du Haut, Moyen et Bas Vernet.

 

  • Ce « Réseau des Eaux » de Perpignan, riche et méconnu deviendra un maillage de circulations douces d’un bout à l’autre de la commune du Haut Vernet au Moulin à Vent, de Serrat d’en Vaquer à Château Roussillon.

 

  • Trame verte et trame bleue seront pensées de concert. Les aménagements seront élaborés en concertation avec les associations d’habitants et des professionnels de l’environnement, du paysage et de la santé. Toutes les générations seront conviées afin que les équipements puissent être adaptés à chaque âge et chaque intérêt.

 

  • Une maison des Eaux sera ouverte au public, présentant notre fleuve, la faune et la flore, la géologie et les paysages de la Plaine du Roussillon, développant ateliers et découverte de l’environnement.

 

  • Des portions de la Têt seront aménagées de façon expérimentale afin de pouvoir accueillir des initiatives diverses comme l’organisation de Workshop avec des écoles d’architectures ou de paysages, des écoles d’art ou de design, des ateliers ludiques et créatifs à destination de tous les publics.

 

  • le Projet Fleuve se fera au profit non seulement des “façades” mais aussi et surtout pour les quartiers et ses habitants qui en seront les vrais animateurs. Point d’aménagement qui ne s’adresse directement à l’intérieur des “Vernets”.

 

  • Toutes les traversées des différents réseaux seront réaménagées. Le piéton et le cycliste, l’enfant et l’ancien jusqu’ici parents pauvres des aménagements et des franchissements deviendront référents des liens sur la Têt comme le pont Arago requalifié pour eux en « voie urbaine ». Conciliant les transports en commun, la voiture, les vélos et les piétons, tous les franchissements seront réfléchis pour créer les conditions d’une vraie articulation urbaine.

La Têt n’est donc pas un projet de plus, couteux et fragmenté ! Notre « Projet Fleuve » est pensé Ensemble, pour notre ville meurtrie par ses divisions et ses cassures. Le vrai grand projet de Perpignan c’est la ville toute entière, la Ville du lien, entre habitants entre quartiers entre générations, entre paysages, ou le fleuve deviendra témoin d’un esprit de réconciliation ! ».