Liste Perpignan équiLibre : « 1ère réunion réussie Quartier des Platanes », pour la tête de liste, Clotilde Ripoull, conseillère municipale d’Opposition…

Clotilde Ripoull a lancé samedi 9 novembre sa première réunion de quartier, depuis le Par-Hôtel, boulevard Jean Bourrat, à Perpignan.

En présence de membres de la liste « Perpignan équiLibre », la candidate sans étiquette a réuni plus de soixante habitants du quartier des Platanes. Une réunion conviviale qui a donné lieu à la présentation de plusieurs colistiers et à une série de questions (sur le coût de l’eau, les relations ville/agglomération…) qui démontrent l’intérêt des perpignanais pour  l’élection municipale.

En posant le diagnostic d’une ville déséquilibrée dans sa fiscalité, ses quartiers, son économie Clotilde Ripoull a rappelé « des données économiques et sociales très inquiétantes : une dette de plus de 1 900 euros par habitant (2 fois supérieure à celle des villes de même importance) un chômage qui a dépassé 15 % au troisième semestre 2012, une fiscalité qui fait fuir les ménages et les entreprises puisque la ville a perdu 600 habitants en un an ! ».

Face à cette situation, la candidate centriste se veut à la fois efficace et réaliste : « C’est assez cocasse de voir les candidats qui ont fait chuter Perpignan et ceux qui promettent la lune se plaindre de ne pas me trouver assez ambitieuse. Avec mon équipe, je peux rendre à la ville son équilibre. C’est un engagement déterminant compte tenu de la situation économique et sociale actuelle. Remettre d’aplomb Perpignan, avec des élus qui seront à l’écoute de ses habitants, de ses commerçants, de ses entrepreneurs créateurs d’emplois, c’est essentiel ! Des élus qui vivent, travaillent et habitent vraiment à Perpignan. »

Constructive, Clotilde Ripoull a annoncé la présentation durant la campagne de 66 propositions pour rendre à la ville son attractivité. « Un programme complet qui permettra d’agir dès après l’élection », assure-t-elle.

D’ores et déjà, la candidate s’engage à garantir un « Stop Fiscal » qui gèlera la fiscalité des ménages et des entreprises sur six ans grâce (NDLR, le temps d’un mandat municipal), à une politique active d’économies communales. Elle annonce aussi « vouloir attirer sur la même période 2000 familles et entreprises à Perpignan ».

Soulignant que les Français ne font plus confiance aux partis politiques, Clotilde Ripoull a martelé le positionnement de sa liste : « 0% partis politiques, 100% Perpignan ! »