C’est une exclusivité Ouillade.eu : Bruno Delmas, qui avait conduit sans succès une liste d’Opposition lors des élections consulaires de 2010 pour prendre les commandes de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Perpignan et des P-O, ne sera candidat sur aucune liste à l’occasion des prochaines élections municipales sur Perpignan, les 23 et 30 mars 2014.

En revanche, de source généralement bien informée, il faudra compter avec lui pour les élections cantonales et régionales de 2015. Selon toute vraisemblance, Bruno Delmas pourrait bien se présenter sur le canton du Centre-Ville (Perpignan VI), actuellement détenu par Véronique Vial-Auriol (UMP), ou sur celui occupé par le maire socialiste de Canohès, Jean-Louis Chambon, le canton II (Saint-Jacques).

En attendant, Bruno Delmas, fondateur du site L’Olivier ne reste pas inactif : « A L’Olivier, nous avons pensé qu’il était important de profiter des prochaines élections pour porter ses idées au-devant de tous es candidats présents sur Perpignan. Et de connaître leurs positions et leurs engagements sur nos propositions, car si le centre-ville poursuit sa déchéance, c’est tout Perpignan, à terme, qui sera condamnée (…). Pour cela, avec les membres de L’Olivier, nous proposons – ainsi qu’aux commerçants perpignanais – de participer à une initiative inédite à Perpignan : soumettre une Charte du Commerce en Centre-Ville à tous les candidats, sans exception qui se présentent au suffrage des Perpignanais. L’idée est que chacun – par sa signature -s’engage publiquement sur tout ou partie des propositions que nous discutons ensemble depuis juin 2013. Ces dernières ont été présentées lors de la « rencontre commerce » du 18 juin dernier et ont, depuis, fait l’objet d’un soutien par plus de 2 000 Perpignanais signataires ! (…) ».

Parmi ces propositions :

– Maintien de la Cité Judiciaire en centre-ville

– Création de 2 875 places de parking supplémentaires d’ici 2018

– Gel des autorisations de grandes surfaces pendant trois ans

– Création d’une halle alimentaire sur le Marché place République

– Transformation du mess des officiers en « Maison des Vins et des Terroirs »

– Interdiction d’implantation d’activités non commerciales dans les vitrines de l’hyper-centre

– Augmentation des aides publiques en faveur du commerce indépendant

– Extension du périmètre de sauvegarde du commerce de proximité

– Création d’une société foncière commerciale

– Transformation du Théâtre de l’Archipel en Centre des congrès…