Communiqué de presse.

 

 

« L’écologie ne peut appartenir à un seul mouvement…
Même si les verts portent l’idée, ils ne sont pas les seuls à porter la couleur. Le MoDEM a toujours été un mouvement alliant l’Economie, le Social et l’Ecologie et d’ailleurs nous en avons toujours eu l’esprit et les racines « Démocrates pour la planète »

 

Nous prenons en compte la réalité d’une économie de marché où la recherche et la liberté d’entreprendre doivent être protégées, lorsque nous préférons une croissance responsable à la décroissance, c’est là aussi ce que nous voulons favoriser dans le programme de Romain Grau.
Il est indispensable de coordonner et d’associer la conscience écologique aux questions sociales et économiques : veiller à ce que personne n’ait le sentiment qu’on en fait plus pour l’environnement que pour eux-mêmes, et à ce que la préservation du vivant ne freine pas l’innovation. La conscience écologique est devenue acquise et transversale, et n’est le monopole d’aucun mouvement progressiste.
Sur notre territoire, s’approprier les seules questions environnementales ne fait pas une campagne. Si nous avons certes le potentiel inexploité des énergies vertes toujours en friche dans notre département, l’écologie ne peut être l’arbre qui cache la forêt de nos problèmes urbains à Perpignan. Au même titre que la culture et le patrimoine, elle contribue à la politique globale dont la ville a besoin, au-delà des seules questions écologiques, et c’est en cela que nous pouvons apporter notre soutien à Romain Grau « Pour Perpignan ».
Ne pas se rassembler, c’est laisser la place aux extrêmes ».
Guy Torreilles, responsable du MoDEM’66