« Municipales de Perpignan : le bal des sortants gravement perturbé

 

 

Les élections locales peuvent parfois se caractériser par des formes d’entre soi. C’est le cas à Perpignan où la quasi totalité des candidats possède leur rond de serviette au « banquet des sortants ». En effet, les prétendants à la mairie sont, d’une manière ou d’une autre, presque tous des sortants

 

A tout seigneur tout honneur, avec le maire sortant, Jean-Marc Pujol, adoubé par son prédécesseur devenu entretemps son adversaire le plus tenace, Jean-Paul Alduy. N’oublions pas dans cette galaxie, les adjoints sortants de Jean-Marc Pujol, Olivier Amiel et Romain Grau, en réalité sortis avant la fin du mandat par le maire sortant dès lors qu’ils étaient devenus des concurrents dévoilés et des obstacles à sa réélection.

A tel point que Romain Grau est désormais le poulain sur lequel Jean-Paul Alduy a parié pour assouvir ses espoirs de revanche (ou plutôt de vengeance) contre son ancien Premier adjoint qu’il avait la mauvaise inspiration de promouvoir…

Dans la catégorie sortant, accordons une mention vraiment particulière à Romain Grau qui pourrait prendre la forme « avec les félicitations du jury » : il est également député sortant et un fidèle député godillot du Président Emmanuel Macron et du gouvernement d’Edouard Philippe.
Un autre député sortant concourt à l’élection municipale de Perpignan. C’est Louis Aliot, en quête de «notabilisation», ce qui lui fait mettre en sourdine son appartenance au Front National/ Rassemblement National. Certains font remarquer que c’est faire preuve d’une grande indulgence à l’égard de Louis Aliot que de le considérer comme un véritable sortant, au regard de son très faible travail et son implication lacunaire dans ses mandants de conseiller municipal et de député… A tel point qu’on pourrait le qualifier de « sortant invisible » !
La vice-présidente du Conseil régional Occitanie, Agnès Langevine, émarge sans aucun doute elle aussi à la catégorie sortante. Elle est en outre soutenue par les responsables sortants du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, le Parti Socialiste, ou plutôt ce qu’il en reste, ou plus précisément ce qui daigne s’engager dans le combat électoral municipal. Le talon d’Achille de la candidate Langevine, ce sont surtout les promesses non tenues de la campagne des régionales et les votes surprenants effectués au Conseil régional marqués du sceau de l’acceptation de l’austérité et du capitalisme vert.
Dans ce contexte, la liste citoyenne « L’Alternative ! Perpignan écologique et solidaire » menée par Caroline Forgues et Jean-Bernard Mathon tranche dans ce paysage très « ancien monde révolu ». Elle perturbe gravement le bal des sortants, où les égos, les clientélismes et les retournements de veste ne constitueront jamais un projet d’avenir.
Le bal des sortants sera sans aucun doute tragique pour nombre d’entre eux… ».

 

 

Francis DASPE, animateur de groupe d’action de La France Insoumise (LFi)