(Communiqué)

 

-« Après les déclarations de réduction des liaisons Air France entre Paris et Perpignan, et suite à notre visite de l’entreprise Cemoi, dont les relations nationales et internationales sont primordiales, nous pouvons comprendre pourquoi cette entreprise, et de nombreuses autres, sont tributaires au moins du maintien de l’ensemble de ces liaisons, voire avec un rééquilibrage des horaires.

On ne peut rester insensible à ce que va devenir le sujet primordial pour notre département, le Transport.

Avec la prise de position de la compagnie Air France et bien sûr la ligne tant attendue du TGV, nous avons l’impression de nous faire couper les ailes, voire le nez.

Sans une attitude ferme et responsable du gouvernement, mais aussi rapide et prioritaire, c’est la mort annoncée de celui-ci.

Le socle industriel de nos PME, PMI, mais aussi de nos artisans et même des particuliers laisse le MoDEM’66 très inquiet sur l’avenir de notre territoire. Nous attendons une réflexion de fond, proportionnée et efficace ».

Guy Torreilles, responsable départemental du MoDEM’66