SECURITE/ INSECURITE : PARLONS-EN !

 

Sous ce titre et pour le Front de Gauche (FdG), Michel Franquesa communique :

« La sécurité ne peut être un thème électoraliste instrumentalisé par ceux qui ont choisi de surfer sur des peurs irraisonnées et irrationnelles. Depuis plusieurs années, Jean-Marc Pujol (maire UMP de Perpignan) et son adjoint Pierre Parrat évoquent une spirale de l’insécurité : c’est une vision étriquée qu’ils partagent avec le Front National. A Perpignan, la droite a implanté 140 caméras de surveillance en moins de 10 ans et se gargarise régulièrement des chiffres d’interventions de la police municipale… Le sentiment d’insécurité a-t-il pour autant reculé pour ceux qui l’expriment ?

>Le thème de la sécurité peut-il être réduit à la perception de certains citoyens ?

>La répression peut-elle être l’unique réponse ? N’y a-t-il pas un travail d’éducation, de sensibilisation à mener auprès de tous les citoyens (jeunes et moins jeunes) pour combattre les incivilités qui alimentent ce sentiment d’insécurité ?

>Les conditions de vie, le mal-logement, l’augmentation du chômage, la précarité ne constituent-ils pas des conditions d’insécurité sociale sur lesquelles il faut agir ?

La différence de traitement des quartiers de notre ville (entretien, animation, mise en valeur des espaces publics…) ne participe-t-elle d’une stigmatisation de certains secteurs de la commune ?

Vivre en sécurité est un droit légitime pour tous ! La stigmatisation des autres, entretenue à des fins électoralistes, n’est pas la bonne réponse  à cette aspiration.

Les militants du Front de Gauche de Perpignan invitent les perpignanais à venir débattre de ce thème lors d’une assemblée citoyenne : mardi 14 mai 2013 à 18h 30  à  Perpignan, salle des Libertés (rue Edmond Bartissol) ».