Cela ne sent pas bon et c’est plutôt de mauvaise augure… pour Alain Ferrand, maire du Barcarès, 1er vice-président de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole), président de l’Office communautaire de Tourisme (OCT) et donc de fait porteur de ce dossier du financement de l’OCT. Certes, vendredi dernier, l’élu était absent pour le défendre, avec l’énergie dont il a le secret et la gnaque, au sein de la traditionnelle et hebdomadaire Conférence des maires.

Car après un commencement de débat, et donc sans la présence d’Alain Ferrand, il a été proposé de reporter le dossier à plus tard. Entre temps, c’est ce qu’espèrent en tout cas les soutiens du 1er vice-président de PMM, « une réunion de travail permettra d’avancer et, peut-être, de faire aboutir ce dossier »

Précisons qu’Alain Ferrand souhaite une augmentation de près d’1 million d’€uros – 981 000 € plus précisément -, du budget annuel de l’OCT pour faire face à de nouvelles ambitions pour la promotion du territoire, « des ambitions à la hauteur des défis à relever », s’empresse-t-on de préciser dans l’entourage du maire du Barcarès : « il faut savoir mouiller la chemise, prendre le taureau par les cornes, oser, pour être innovant, pour se démarquer des autres territoires, ce n’est qu’ainsi que notre économie touristique sera plus attractive ».

En face, les opposants à cette « brutale inflation budgétaire » sont légion. Ils seraient même majoritaires dans le camp de la Majorité présidentielle conduite par Robert Vila, maire de Saint-Estève et conseiller départemental. Ils reprochent d’abord au maire du Barcarès « de vouloir mettre la charrue avant les boeufs », en quelque sorte : « Qu’ils nous donne d’abord son casting, son plan de bataille… Qu’on sache exactement ce qu’on doit voter et pour quoi faire… ».

En attendant, le dossier ne figurera pas à l’ordre du jour du prochain conseil de communauté, programmé pour le 17 mai 2021.

 

L.M.