Jean-Louis Aliet, adjoint au maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, vice-président du SYDETOM’66

 

 

« La Démocratie, certains en parlent, d’autres la pratiquent !

Le désormais président* de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM) avait annoncé la couleur avant les élections au SYDETOM’66** : « il n’accepterait pas les voix divergentes dans son camp ».

Plus précisément, lors d’une réunion du 16 septembre dernier, il avait réuni l’ensemble des délégués (plutôt de droite), qui devaient participer à l’élection du futur président du SYDETOM’66 afin de : « les sensibiliser sur l’importance de voter de manière solidaire et cohérente pour le maire de Saint-Cyprien, Thierry Del Poso*** ».

Sa conclusion était donc simple : « aucun des membres présents ne pourrait exprimer de désaccord avec la position adoptée ».

Mais en se penchant sur ledit contrat, que chaque délégué devait s’engager à voter, on ne trouvait en fait que des positions de principe assez larges et aucun engagement précis.

Or, il est contraire à tous les principes républicains de demander aux élus, que nous sommes, de s’engager à voter pour un projet sans en connaître les contours ou la philosophie.

De même, dans notre démocratie, « le droit de vote est personnel ». C’est d’ailleurs ce qui garantit l’indépendance des élus, qui doivent représenter les citoyens, au moment de voter, et pas leur parti politique ou certains groupes d’intérêts.

C’est la raison pour laquelle j’ai voté Fernand Roig****

Alors Non Monsieur Vila, vous n’êtes pas à la tête d’un « Fan Club »… Vous devez aujourd’hui endosser le costume d’un « vrai président de PMM », en étant le représentant DE TOUS LES ÉLUS et de toutes les sensibilités et pas uniquement ceux et/ou celles d’un clan, d’un parti voire d’une caste…

Je n’ai jamais été et ne serai jamais « un élu godillot », mais je serai toujours très attaché à soutenir une action politique, quelle qu’elle soit, dès lors que le projet, le programme, peut faire avancer l’intérêt général et le bien être de nos concitoyens.

Le débat entre godillots et déloyaux n’a pas de sens. Si ce n’est notre affaiblissement collectif.

Il faut maintenant moderniser nos pratiques politiques et changer de paradigme…

Le groupe doit être plus que jamais le lieu de l’élaboration. Le respect de toutes les opinions et des personnes, la NORME de nos débats.

Nous ne pèserons, dans les combats difficiles qui s’annoncent, que collectivement.

Nous connaissons le désarroi qui s’exprime aujourd’hui devant des résultats qui tardent à arriver.

Nous mesurons à quel point le chômage, la précarité, toujours trop élevés, sont une plaie ouverte dans notre démocratie. Nous sommes aussi conscients d’une désespérance sociale, qui vient nourrir la désespérance politique.

Face aux difficultés, les tentations de défiance et d’indifférence sont nombreuses. Trop souvent, le « tous pareils », « les petites combines politiques » renvoient au « à quoi bon ! », les deux nourrissant le rejet des politiques et l’abstention.

Seul mon maire Alain Got aura à prendre la décision du retrait, ou non, de mes délégations. Sans pressions, ni menaces de votre part.

Il est un homme libre et lui seul vous répondra concernant mon mandat d’adjoint, que j’exerce au sein du conseil municipal de Saint-Laurent-de-la-Salanque… Pas de Saint-Estève !…

 

Jean Louis Aliet, adjoint au maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque « Proximité et Cadre de Vie » ; vice-président du SYDETOM’66

 

 

 

*Robert Vila (LR/ Les Républicains), président de PMM, maire de Saint-Estève, conseiller départemental

**SYDETOM’66 = Syndicat Départemental de Traitement et de Transport des Ordures Ménagères

***Thierry del Poso (LR/ Les Républicains), maire de Saint-Cyprien, président de la communauté de communes Sud-Roussillon, conseiller départemental

****Fernand Roig, président du SYDETOM’66.