Robert Vila (LR/ Les Républicains), président de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM), maire de Saint-Estève et conseiller départemental des P-O, a-t-il encore une Majorité pour tenir le gouvernail métropolitain ?

La question peut-être posée désormais.

Car c’est l’un de ses plus fidèles et incontournables soutiens, en la personne du maire de Pézilla-La-Rivière, Jean-Paul Billès, chef-de-file du Groupe des Non-Inscrits (NI), qui dans un courrier l’interpelle personnellement et sans détour, pour lui demander de clarifier la situation à PMM, et notamment de s’expliquer sur sa décision de sanctionner certains élus – dont les maires de Calce (Bruno Valiente) et d’Estagel (Roger Ferrer)… – au lendemain du Conseil d’installation de la nouvelle gouvernance du Syndicat Départemental de Transport et de Traitement des Ordures Ménagères des Pyrénées-Orientales, le fameux et célèbre SYDETOM’66.

Dans cette lettre, Jean-Paul Billès n’y va pas avec le dos de la cuillère : « Ces positions purement partisanes sont graves et obèrent fortement la confiance que l’on peut avoir dans la gouvernance de PMM. Merci de nous préciser exactement les raisons de cette décision que nous ne pouvons comprendre. Nous espérons que cette erreur sera vite réparée sinon, nous allons verts de grandes désillusions ».