Présidente socialiste de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga ne veut plus entendre parler de Robert Vila (LR/ Les Républicains), le président de la métropole Perpignan-Méditerranée (PMM), et, surtout, selon son proche entourage : « elle ne veut plus lui parler ! »

 

A tel point que le maire de Saint-Estève et conseiller départemental des P-O qu’est de par ailleurs Robert Vila, est devenu tricard, infréquentable, pour la patronne de la Région.

La raison : son soutien exprimé médiatiquement, pour le second tour des élections législatives qui avait lieu dimanche dernier, le 19 juin, à la candidate du RN, Sandrine Dogor-Such, dans la 3e circonscription des P-O – où Robert Vila est électeur -, contre la candidate de la NUPES, Nathalie Cullell.

Un soutien personnel pleinement assumé, mais qui a fait beaucoup de vagues, et pas seulement sur le bureau de Carole Delga, puisque, au sein de la fédération départementale du parti Les Républicains des P-O (LR’66), certains, minoritaires il est vrai, réclameraient l’exclusion de Robert Vila, tandis que d’autres expliquent que « ce serait se tirer une balle dans le pied, car le président de PMM s’est exprimé à titre personnel ». Bref, chez les LR’66 on ne sait plus sur quel pied danser !

A suivre.

 

L.M.