Communiqué de presse (Perpignan, le 22 octobre 2019).

 

« Double langage à PMM. La séance du Conseil communautaire du 30 septembre dernier avait à son ordre du jour une « motion contre le projet de réorganisation de l’administration des finances publiques dans les P-O ». Cette motion a été votée à l’unanimité des élus présents, ce dont chacun peut se féliciter

 

 

Trois semaines après, c’est un autre son de cloche, totalement différent, qui s’est exprimé à l’agglo.
En effet, lors d’une réunion des maires, en présence du Directeur général des Finances publiques, vendredi dernier, les grands ténors de la droite se sont tous félicités de la nouvelle carte réorganisant le réseau territorial, synonyme de suppressions des trésoreries de proximité, de recul du service public, de baisse d’effectifs, de conséquences graves sur l’économie locale.
Ce double langage est inacceptable et ne respecte en rien le vote unanime des élus communautaires.
Pour ma part, j’ai exprimé lors de cette réunion des maires, comme je l’avais fait en mairie de Cabestany auprès du Directeur général et en séance du conseil communautaire, mon opposition totale à ce projet.
Il n’y a pas eu de réelle concertation autour de cette réorganisation de l’administration des finances publiques. Tous les élus locaux ont été mis devant le fait accompli de cette décision du Gouvernement. Déjà, le Directeur de la DGFIP reconnaît des retards, par manque de personnels, qui pénalisent la population et les collectivités locales.

Je reste donc fidèle au contenu de la motion qui affirme être « contre la fermeture des services des finances », « demande leur maintien avec l’exercice plein et entier de leurs missions » et de « ne pas mettre à exécution la décision de fermeture de ces services publics ». »

Jean VILA
Maire
Conseiller communautaire