Ce lundi 20 septembre 2021, en fin d’après-midi, jusqu’en début de soirée, se tenait un conseil de communauté de Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM), dans l’hémicycle de l’Hôtel d’Agglo, boulevard Saint-Assiscle, à Perpignan

 

 

Les observateurs – les vrais, pas les plumitifs d’opérette -, avaient prédit une ambiance torride : « ça va être chaud ! », orchestraient-ils en terrasse du Café Vienne, célèbre établissement de la place à-ragots, et en effet ça le fût !

Parmi les bizarreries et autres incohérences du jour de ce rendez-vous mensuel, on retiendra, notamment :

-Qu’Alain Ferrand, maire du Barcarès, 1er vice-président de PMM, qui siège donc et pourtant dans la Majorité aux commandes de la communauté Urbaine, n’a pourtant pas obtenu la rallonge de 350 000€ qu’il espérait pour augmenter la subvention de l’ADE (l’Agence de Développement Economique) qu’il préside. Il a été mis en minorité, tout simplement. Dit plus fraternellement : augmentation de subvention rejetée. Cinquante deux délégués communautaires s’y sont opposés, à cette demande de subvention, contre seulement vingt-cinq qui ont donné leur accord de principe. En politique, on appelle ça : une baffe, une claque, une gifle ou, plutôt, en l’occurrence ici, un retour de bâton ? Langue au pangolin. Ne nous demandez pas pourquoi, cela ne nous regarde pas, ainsi chacun pourra mieux soutenir sa thèse, selon le côté d’où il a voté et où il se place, se situe, et apprécier le climat ambiant.

-Qu’un délégué communautaire du Groupe de Louis Aliot (RN), maire de Perpignan, vice-président de PMM, François Dussaubat (un proche du maire) a été élu membre de la Commission d’attribution des logements sociaux de l’Office d’Habitat Perpignan-Méditerranée. Seuls les deux poignées de conseillers municipaux perpignanais restés fidèles à l’ancien maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol (LR), ont voté contre. En vain. Sans succès. Et sans gloire.

-Qu’un vote s’est exprimé aux dépens de la Majorité sur une délibération présentée pourtant par le grand argentier, Alain Dario, maire de Peyrestortes, et à la demande de Robert Vila (LR), maire de Saint-Estève, président de PMM, conseiller départemental.

-Que Jean-Marc Pujol affiche une forme étincelante, intervenant sur chaque dossier, donnant un avis éclairé sur (presque) tout, surtout. Bref, comme il le clame depuis sa défaite électorale de l’année dernière : il n’a pas dit son dernier mot.

Voilà. Le titre de la chanson de Barbara Pravi pourrait résumer l’atmosphère de cette soirée. Voilà. Quoi vous dire de plus ? Qui saura, qui saura, oui qui saura… On connaît la musique.

 

L.M.