A peine la programmation estivale du théâtre de l’Archipel dévoilée, hier, Mme Marie-Pierre Baux, co-fondatrice de feu le festival « Estivales de Perpignan », a laissé un message particulièrement sévère sur le mur du « facebook » de Jean-Paul Alduy (UMP), sénateur-président de l’Agglo PMCA (Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération).  Elle y écrit : « Vous m’avez expliqué l’an dernier, monsieur Alduy, que vous vouliez un grand festival méditerranéen à la place d’Estivales… Etait-ce la peine de me remplacer pour faire cette programmation patchwork de spectacles vus et revus (dépassés) ? Réjouissez-vous, je suis triste et blessée profondément. Estivales, c’était mon bébé ».

Quelques heures plus tard, c’est Anne-Marie Calvet-Lhéritier, l’épouse de François Calvet (UMP), député-maire de Le Soler et vice-président de l’Agglo PMCA, qui enchaîne : « Marie-Pierre, je partage votre déception sur la programmation et sachez que vous avez toujours eu mon amitié et mon admiration pour la qualité des spectacles auxquels vous nous avez donné la chance de pouvoir assister ». Cette réaction est carrément signée : François et Anne-Marie Calvet.

D’autres commentaires, allant dans le même sens, suivent ou précèdent ces deux réactions. Les amis de Calvet – Qui ne se partagent plus sur la toile avec ceux d’Alduy, visiblement… – ne sont pas tendres  avec cette programmation des « Estivales de l’Archipel », qui se dérouleront du 2 au 27 juillet prochains, au Campo-Santo, et qui, effectivement, jouent sur la continuité en misant sur la musique, le théâtre et la danse, avec un zeste de cirque. Cette première anicroche serait-elle révélatrice d’un début de climat délétère entre les deux parlementaires roussillonnais, à l’approche des élections sénatoriales de septembre 2011 ? Car François Calvet ne cache plus ses ambitions : il est effectivement candidat à ce prochain rendez-vous électoral. Problème, à droite : les deux sénateurs sortants, Jean-Paul Alduy (UMP) et Paul Blanc (UMP), n’ont pas dit leur dernier(s) mot(s) et, aux dernières nouvelles, ils seraient toujours partants pour briguer leur propre succession. C’est évident, en « tirant » le premier François Calvet veut se placer d’emblée dans le ticket gagnant. A suivre…