On est sans nouvelles – politiquement s’entend bien sûr… car rassurons les 9,5% d’électeurs perpignanais qui ont voté pour elle et sa liste centriste aux dernières municipales, elle va très bien, merci ! – de Clotilde Ripoull, annoncée pourtant un peu partout sur l’échiquier départemental dans la perspective des élections cantonales de mars 2015.

Dans un premier temps, Clotilde Ripoull devait être candidate sur la ville de Perpignan, puis on a retrouvé sa trace politique sur le canton de La Plaine Illibéris à Elne (aux côtés du maire Yves Barniol qui finalement aurait décliné un tel attelage…), on la signale aujourd’hui possible binôme dans la Vallée de l’Agly à Rivesaltes (mais là aussi le pourtant sympathique et arrangeant maire André Bascou ne serait pas très chaud pour l’accueillir…).

A l’UMP’66, où depuis des mois et des mois les dirigeants roussillonnais ont construit l’Union, Jean Castex, maire de Prades, et François Calvet, sénateur-maire de Le Soler, trouveraient « dommage que l’on se prive d’une telle personnalité (…) ».