C’est dans les anciens locaux du Parti radical (PR) que l’UDI’66 – l’Union des Démocrates et Indépendants fondée et dirigée au plan national par Jean-Louis Borloo – a été installée, hier soir, au 35 de l’avenue de la Gare à Perpignan, par sa présidente, Nathalie Beaufils, adjointe de la Ville de Perpignan, et en présence de nombreuses personnalités locales, dont : Jean-Paul Alduy bien sûr, le président de Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération (PMCA) et 1er adjoint de la Ville de Perpignan, Romain Grau, conseiller municipal délégué de la Ville de Perpignan et conseiller communautaire (PMCA) en charge de la Délégation des Affaires économiques, Me Annabelle Brunet, conseillère régionale du Languedoc-Roussillon, Michel Cabot, conseiller municipal de la Ville de Perpignan, Chantal Gombert, ex adjointe de la Ville de Perpignan (au Tourisme)… Par ailleurs, dans la salle, on notait la participation d’un autre adjoint de la Ville de Perpignan, Jaume Roure, délégué aux Affaires catalanes, ainsi que du jeune Brice Lafontaine, président d’InterCat (ex Força Catalana)…

Une grosse centaine de personnes avaient pris place et plusieurs prises de position – notamment de Nathalie Beaufils, Jean-Paul Alduy et Romain Grau – ont eu lieu.

Dans un climat très convial, affichant une union parfaite et un enthousiasme indestructible (ça change de l’UMP dans l’instant présent…), dirigeants et militants de l’UDI’66 se sont dits « motivés et fins prêts » pour aborder les prochaines échéances électorales, notamment celles des municipales, évoquant « la présence de candidat(e)s sur des listes dans chacune des communes des Pyrénées-Orientales (…) ».