Me Louis Aliot, vice-président du Front national (FN), conseiller régional des P-O, tête de liste de Perpignan Ensemble aux prochaines élections (mars 2014), nous prie d’insérer :

Louis Aliot (FN), conseiller régional des P-O.

« Monsieur Bouhadi ne répond pas au problème de fond qui est celui de l’extrémisme et du communautarisme. Il est mal à l’aise sur ce sujet, c’est une évidence.

 
Le reste relève du fantasme. Je ne vois pas ce que viennent faire les propos sur sa famille au milieu de cet article, par ailleurs tout à fait respectable. Sur Vichy, sur l’extrême-droite et la collaboration, qu’il demande plutôt des comptes à ses amis socialistes. Entre Mitterrand et René Bousquet, je suis sur qu’ils auront de beaux sujets de conversation. Et même à certains de ses amis (amies) siégeant au conseil municipal dont les aïeux pendant la guerre avaient préféré Pétain à de Gaulle…
 
Je ne sais pas où il va chercher ma nervosité, juste de l’indignation devant l’indigence de ses propos. Dans les siens je relève juste de la suffisance…

 
Concernant la haine, les perpignanais l’ont déjà jugé sur plusieurs affaires récentes où il a communiqué avec véhémence et sans retenue… Pas de leçons à recevoir non plus. 

A sa différence, je ne considère pas monsieur Bouhadi comme un ennemi mais comme un adversaire politique, que je respecte en tant que tel, mais qui ne m’interdira pas de dire ce que je pense de son attitude politique et de ses affirmations contradictoires et à géométrie variable.

 
Sur Poutine, qu’il pose donc la question à Sarkozy et à l’UMP qui a un partenariat particulier avec Russie Unie et avec la Chine communiste ! Là encore pas de leçons ! 
 
Quant à mes artères, ni haine, ni cholestérol…et une bonne santé pour tout le monde… ».