Il a suffi, hier, que le patron du Parti radical (PR), Jean-Louis Borloo, annonce qu’il était « favorable au droit de vote des étrangers », pour qu’aussitôt Louis Aliot, avocat à Perpignan, n°2 du FN, conseiller régional en Languedoc-Roussillon, réapparaisse sur la scène politique nationale… et départementale !

« L’UMP a belle mine avec cet allié là ! Que penser de leur campagne nous mettant à cause, nous FN, au prétexte que nous favorisions le PS et donc ledit droit de vote des étrangers ! Qu’ils comptent sur moi à l’UMP pour souligner leurs contradictions ».