Communiqué.

 

« L’Observatoire citoyen de la vie quotidienne dénonce la décision prise par la municipalité de Perpignan d’augmenter les tarifs des cantines des écoles primaires. En conséquence, à la prochaine rentrée scolaire, les familles devront débourser davantage pour acquitter les repas pris par leurs enfants dans le cadre scolaire.
Cette décision est particulièrement malvenue et profondément injuste. Elle retire du pouvoir d’achat dans une commune où pauvreté et précarité sont deux problèmes majeurs. Elle touche proportionnellement beaucoup plus fortement les familles les plus modestes (une hausse de 85% contre 8,6% pour les familles les plus aisées). Voilà une bien curieuse conception de l’égalité qui favorise une progressivité inversée pour accroître les écarts !
Cette décision témoigne de la stupéfiante méconnaissance des principes d’un service public dont la vocation est de contribuer à atténuer les inégalités de fortune et de condition. L’Observatoire citoyen de la vie quotidienne réaffirme son objectif de « mise en scène du bien-vivre à Perpignan » qui passe par la nécessité de redonner du pouvoir d’achat aux populations perpignanaises.
L’Observatoire citoyen de la vie quotidienne rappelle la proposition du programme de La France Insoumise, « L’Avenir en commun », de gratuité des cantines scolaires. Deux conditions doivent être réunies pour cela : le vote à l’échelon national de lois permettant la mise en place d’un grand service public de la restauration scolaire, la prise à l’échelon local d’initiatives renforçant ces principes de justice. Hélas, ni les orientations nationales ni les actions locales ne vont dans ce sens !
L’Observatoire citoyen de la vie quotidienne encourage à signer la pétition intersyndicale exigeant l’annulation de cette mesure inique ».