Clotilde Font-Galvada, conseillère municipale, Groupe d’Opposition Perpignan Ensemble de Louis Aliot (FN/RBM), nous communique avec prière d’insérer: – « Surprise… début août, après des mois de stagnation, les travaux du Carré d’OR reprennent !

Lors du dernier conseil municipal du 25 juin 2014, Louis ALIOT, chef de file de l’unique opposition perpignanaise « PERPIGNAN ENSEMBLE – RBM »,  a soulevé l’épineux problème de la zone commerciale « Le Carré d’Or » proche de l’hypermarché carrefour de Château Roussillon.

Le projet constitue une véritable menace pour les commerçants de la ville.

Initialement prévu pour être le « village des marques », il semble qu’il reste lettre morte faute d’enseignes preneuses!

Les remarques et questions de Louis Aliot ont été suivies d’une surprenante intervention de Monsieur le maire Jean-Marc Pujol, s’apitoyant sur le sort des hypermarchés qui voient sans cesse leurs parts de marché diminuer face au développement des moyennes surfaces dans les villages environnants…

Dans la salle du conseil municipal l’émotion était à son comble !

Une question délicate qui  a suscité bon nombre de réactions contradictoires :

– Le promoteur a annoncé une ouverture d’ici l’été  2015.

– Le maire a démenti et affirmé haut et fort que le projet ne verrait pas le jour (bien que le permis soit encore valable pour trois …ou quatre mois).

Jacques Cresta (député socialiste, NDLR) a poussé, par voie de presse, un coup de gueule ridicule. Son désistement lors des dernières élections municipales le 30 mars, ayant permis au maire sortant de conserver son siège et trahissant son électorat socialiste, est encore présent et douloureux dans les esprits.

– Certains affirment que le permis délivré par la municipalité ne serait plus valable !

Qu’en est-il  réellement ?

Le permis de construire est-il valable, et si oui, jusqu’à quand ?

– Quand a-t-il été renouvelé pour la dernière fois et à quelles conditions ?

– Quelle sera la position  de la municipalité ?

– Trahira-t-elle les investisseurs déjà si rares en terre catalane ou  ses engagements de campagne contraires au « tout grande surface »?

Les faits sont là : aujourd’hui les travaux reprennent.

Nul doute que la municipalité s’essuiera à nouveau les pieds sur les revendications des commerçants locaux.

Quel dilemme pour notre maire !

Après  avoir accordé ce permis,  il a, lors de la  dernière campagne municipale,  signé la charte de L’Olivier. Celle-ci stipule, très précisément, l’engagement du gel des grandes zones commerciales péri-urbaines.

Par ailleurs, si comme l’annonçait récemment la presse locale, H&M  s’installe effectivement au Leclerc- Nord, contredisant gravement  la parole de l’adjoint au commerce, les vrais commerçants  Perpignanais seront encore les  victimes de la désertification du centre-ville et d’une politique désastreuse. A suivre donc… ».