Le Parti de Gauche 66 appelle à se mobiliser contre tous les accords internationaux ultralibéraux actuellement en négociation ou en projet.

« Si à ce jour les négociations entre l’Union européenne et les Etats-Unis sur le TAFTA ont été repoussées devant les mobilisations populaires, elles reprendront sans aucun doute en 2017 une fois passées les élections aux Etats-Unis, en France et en Allemagne. Témoignage de cette hypocrisie, l’Union Européenne est en train d’adopter le CETA, traité de libre échange avec le Canada.

Le CETA procède pourtant exactement de la même logique que le TAFTA : celle des multinationales qui veulent s’affranchir de toute règle fixée par les Etats pour maximiser leurs profits, au mépris des écosystèmes, de la justice sociale et de la souveraineté des peuples. Il ne tient aucun compte du principe de précaution, met gravement en danger l’agriculture et le climat, ne protège pas les services publics de la mise en concurrence, porte atteinte à la souveraineté des Etats à travers le pouvoir dévolu au système d’arbitrage fonctionnant toujours en faveur des multinationales.

Ce traité sera soumis à l’approbation des États membres le 18 octobre prochain : la France doit refuser cet accord qui va à l’encontre de sa souveraineté populaire et nationale.

Le Parti de Gauche 66 refuse le TAFTA, le CETA et tous les traités de libre-échange de ce genre. Il appelle à participer à la journée de mobilisation nationale contre le TAFTA et le CETA ce samedi 15 octobre 2016.

Au-delà, il prendra des initiatives dans les Pyrénées-Orientales pour populariser sa proposition de « protectionnisme solidaire ». « 

Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66