Le PCF’66 et Nicole Gaspon, conseillère municipale de Perpignan, réagissent à la déclaration de Jacqueline Amiel Donat (PS), tête de liste du Groupe d’opposition Nouvelle Union avec la gauche :

‘Dans un article paru sur ouillade.eu 29 octobre 2012, Jacqueline Amiel-Donat annonce un « rapprochement » entre les composantes de la liste « Nouvelle Union avec la gauche », dont le PCF, et EELV, représenté par Jean Codognès. Nous tenons à préciser qu à l’heure actuelle, il n’existe aucun accord de ce type, ni même de rapprochement. Jacqueline Amiel-Donat confond des réunions de travail habituelles depuis 2008, entre élus d’une même liste avant chaque session du Conseil municipal de Perpignan, avec la préparation des élections municipales de 2014.

Pour leur part, les communistes et leur élue rejettent complètement cette façon de procéder. Les rencontres et discussions ne peuvent avoir lieu que de parti à parti à l’échelle départementale et de manière transparente pour la population. Au reste nous n’apprécions guère le caractère polémique et politicien de la déclaration en question. Même si ces polémiques concernent le PS en interne, elles sont de nature à rendre service à la droite et à l’extrême droite. Nous ne voulons ni entrer dans le jeu des débats propres au PS et ni être instrumentalisés par qui que ce soit. Nous pensons qu’il convient d’aborder la question des municipales par un débat large et public sur la politique dont les perpignanais ont besoin, à l’opposé de ce que la droite fait depuis des années et voudrait poursuivre ».