Communiqué de presse.

 

« Monsieur

Nous intervenons ici en faveur de la LGBT’66 qui pour le rappeler est une association qui défend les droits des personnes LGBT !
Vous qui critiquez tant les « gayprides » et les droits des personnes LGBT posez vous la question pourquoi il n’existe pas de hétéropride. Simplement parce que vous en avez pas besoin.
Soyez en heureux !

Nous concernant il est encore abjecte voire mortifère que certains citoyens voire certains élus (la minorité !), luttent encore contre nos droits en 2018 et souhaitent supprimer les 500€ attribués à la LGBT’66 pour défendre celles et ceux victimes d’homophobie ; l’occasion de vous rappeler que si vous viviez au quotidien à Perpignan (sic), vous seriez au courant que l’homophobie est en constante hausse. Il est donc totalement hallucinant que votre parti soit toujours l’un des seuls à lutter contre nos subventions et nos droits… et encore on reprocherait à LGBT’66 d’évincer des citoyens politisés ou encarté Front National ? Allons…
A travers cette position mortifère, nous découvrons le vrai visage du prochain candidat à la municipalité, un visage dur et sans pitié pour celles et ceux qui n’ont que très peu de droits voire pas de droits du tout. Et bien vous oubliez que nous représentons simplement une très grande communauté localement.
Vous qui êtes si soucieux de l’argent public de notre municipalité , l’êtes vous tout autant pour l’argent public Européen ?

L’homosexualité n’as pas d’ADN, en revanche l’ADN politique mise en avant dans vos tribunes nous démontre combien nous devons rester vigilent face à certains élus !

Pour vous rappeler :
En date du 1 mars 2018 les députés ont voté en faveur de l’amendement du parlement Européen visant à interdire les traitements thérapeutiques ou de conversion pour les personnes LGBT censés guérir, sauf certains députés qui ont voté soit contre soit se sont abstenus devinez lesquels ?
Les homosexuels ont avant tout besoin de droits donc de subventions et nous ne pouvons donc malheureusement pas compter sur vous pour en obtenir, il suffisait de le dire, à présent nous le saurons !
Merci à Monsieur le maire actuel (Jean-Marc PUJOL – NDLR) et aux membres élus de son équipe municipale pour ces subventions octroyées, un grand Merci également pour tout les politiques qui continueront à nous soutenir ! ».

Kévin COURTOIS et Jimmy PARADIS
(fondateurs Désobe!r)

 

(Le mouvement Désobéir était présent aux élections cantonales de 2015 – ces deux fondateurs avaient obtenu près de 500 voix sur la ville de Perpignan, dans les cantons centre-ville et du Vernet).